Chronique en vrac #21 : de l'utilité du Bullet Journal

Bullet Journal, Organisation, gain de temps
Bullet Journal

Je me lance après un mois d'utilisation. C'est peu mais suffisant pour avoir trouvé dans le bullet journal ou Bujo (pour celles et ceux qui savent) sa grande utilité dans l'organisation de mon temps. Son concept et sa méthode, pour organiser ce journal de bord quotidien, ont été élaborés par le designer new-yorkais Ryder Carroll, qui l'explique dans cette vidéo mise en ligne en 2013 (vous remarquerez le temps qu'il m'a fallu pour l'adopter...).

J'ai beau travailler principalement dans le digital, je n'ai jamais pu me passer d'un agenda papier et de carnets de notes multiples et variés. Sans compter les listes sur des feuilles volantes ou post-its, un éparpillement qui ne favorise pas forcement l'efficacité. Le Bujo, je tournais autour depuis un moment, lisant des articles de blogs fort utiles sur la question (ici et par exemple), jusqu'à ce que je m'y mette vraiment. Mais ça ressemble à quoi en fait ?

Lire la suite

Recette du Gâteau aux pommes des vendangeurs de Joël Robuchon

Recette, Gâteau aux pommes des vendangeurs, Joël Robuchon
Gâteau aux pommes des vendangeurs

Avant qu'il ne reste plus une part de ce gâteau que l'on doit à Joël Robuchon, parce que vous êtes plusieurs à me l'avoir demandée (et parce que les recettes de cuisine, c'est ce qui attire le plus de lectorat...), voici donc la recette du gâteau aux pommes de vendangeurs. Avec les kilos de pommes que j'ai dans ma cave, je ne me prive pas de le faire régulièrement. Il est délicieux le matin au petit-dej dixit l'amoureux, en dessert avec un café (en ce qui me concerne) ou au goûter. 

Et surtout, il fait aussi le régal des enfants (sans la version sirop au calvados que je n'ai d'ailleurs pas encore testée). La première fois que je l'ai fait, c'était cet été pour l'anniversaire de ma filleule. Elle voulait un gâteau aux pommes, ma mère a sorti la recette et ce fut un franc succès. Et pour cause. Alors sans plus attendre, voici la marche à suivre. 

Lire la suite

My Chet My Song : un concert de jazz unique en hommage à Chet Baker

Une affiche clin d'oeil à Broadway. Un concert de jazz symphonique avec Riccardo Del Fra et l'orchestre de l'Opéra de Toulon en hommage à Chet Baker, c'est ce que nous proposent la Ville de Gap et l'Espace Culturel de Chaillol, le dimanche 16 décembre au Quattro. 

 

My Chet My Song, c'est le titre de l'album éponyme de Riccardo Del Fra, dans lequel ce contrebassiste et compositeur de renommée internationale porte un regard, sans nostalgie, sur cette expérience extraordinaire qui marqua un tournant dans sa carrière, celle de sa rencontre avec Chet Baker en 1979 et les neuf ans pendant lesquels il l'a accompagné lors de ses tournées internationales et sessions d'enregistrement.

Avec son quintet de jazz, accompagné par les musiciens de l'orchestre de l'Opéra de Toulon, il nous invite à redécouvrir cette légende du jazz américain, à travers de nouveaux arrangements et des jeux de variations, liant des morceaux du répertoire avec des compositions nouvelles. 

 

Pour un concert exceptionnel qui s'adresse autant à un public familial qu'aux aficionados de jazz. 

Lire la suite

Chronique en vrac #20 : Novembre... asse pas !

Pandora's box de G.W. Pabst avec Louise Brooks, 1929
Pandora's box de G.W. Pabst avec Louise Brooks, 1929

Pour cette nouvelle et avant-dernière chronique consacrée aux calembours des mois de l’année, j’étais partie pour vous parler (encore) de ma famille. Ce «Novembre…asse pas !» familial me faisant penser à ma grand-mère maternelle qui n’aimait guère les embrassades. Et puis il y a eu cet acquittement, à Cork en Irlande, d’un homme de 27 ans accusé de viol par une jeune fille de 17 ans. Et l’argument avancé par l’avocate de l’accusé, brandissant devant la cour le string en dentelle de la victime, qui serait l’expression de son consentement. 

 

Ce jugement (un de plus) m’a mis en colère. J’ai attendu qu’elle se calme et j'ai repensé au livre d’Olivia Gazalé, « Le Mythe de la virilité, un piège pour les deux sexes » qui a, entre autres, le grand mérite d'expliquer historiquement comment s'est mis en place la domination du masculin sur le féminin. Notre boulot à tous (non les hommes vous n'êtes pas exclus du combat) est de déconstruire ce mythe ancré dans l’inconscient collectif et dont cette plaidoirie (ce n'est qu'un cas parmi tant d'autres...) est un exemple flagrant.

Lire la suite

Zéro déchet, on commence par quoi ?

Je profite de cette Semaine Européenne de la Réduction des Déchets (du 17 au 25 nov.), dont l'objectif est de sensibiliser tout à chacun à la nécessité de réduire la production de déchets, pour vous parler de mes premières initiatives pour les réduire, ces fameux déchets ! Je suis évidemment bien loin du #zerodechet / #zerowaste, hashtags en vogue (et c'est bien) sur les réseaux sociaux, mais je m'améliore. Si vous vous en souvenez, cela a commencé avec la lessive que j'ai décidé un jour de faire moi même. Exit les lessives industrielles et j'en suis ravie.

 

Si vous me suivez sur Instagram, vous devez savoir que je cuisine pas mal. Mais avant de lire attentivement ce livre de Marie Cochard, mes épluchures allaient directement au compost (ce qui est mieux que dans la poubelle). Or ce livre sur les épluchures et tout ce que l'on peut en faire regorge d'astuces, de recettes et d'informations qui m'on fait voir lesdites épluchures d'un autre oeil.

Lire la suite

Participons à un projet unique : la nouvelle cinémathèque de montagne

En ce mois de novembre, l'actualité de la  Cinémathèque d'Images de Montagne (CIM) est riche. Mais avant de vous parler de la dixième édition de son festival, je tenais à vous présenter le très beau projet sur lequel elle oeuvre depuis plusieurs années et pour lequel elle vient de lancer une campagne de financement participatif

Si les hauts-alpins, amateurs ou passionnés de montagne, connaissent la CIM, je doute qu'il en soit de même pour mes lectrices et lecteurs parisiens, lyonnais, marseillais ou aixois (entre autres). Alors comment est née la CIM et pourquoi a-t-elle besoin de nous ?

 

En 1996, Gilles Charensol, cameraman et réalisateur, et son épouse Valérie Bonfé, jettent les bases de la Cinémathèque d'Images de Montagne, avec pour ambition de collecter, conserver et diffuser tous les films, professionnels et amateurs, tournés en zone de montagne depuis l'invention du cinéma. En plus de 20 ans, ce sont plus de 10 000 films qui ont été numérisés et 2500 référencés sur leur base de données. Un fonds unique en France valorisé dans le cadre de ses actions culturelles. Et maintenant, il est temps de passer à l'étape suivante : la construction d'un lieu ouvert au public et dédié à la mise en valeur et à la protection d'un patrimoine naturel, culturel et économique.

Lire la suite

Novembre à La passerelle : théâtre, jonglage et hip hop acrobatique

L'Amérique, théâtre, théâtre La passerelle, création, Paul Pascot, Serge Kribus
crédit photo : Paul Pascot

Scène nationale et Pôle régional de développement culturel, le théâtre La passerelle a  pour mission de nous proposer, au fil de ses saisons, toutes les esthétiques, facettes et richesse du spectacle vivant et de la création contemporaine. C'est toujours bon de le rappeler. Mais qu'en est-il de la programmation de ce mois de novembre ? 

 

Le lundi 5 et mardi 6 novembre, c'est une création que nous propose La passerelle, celle de L'Amérique. Un texte de Serge Kribus mis en scène par le jeune et talentueux Paul Pascot, avec deux jeunes comédiens, Maurin Ollès et Edward Decesari pour donner corps et voix à cette odyssée dans la France des années 70. Ce spectacle co-produit par La passerelle a pour genèse la commande d'une lecture à Paul Pascot au printemps 2017, suivie de deux résidences de création en juillet 2018 et oct./nov. 2018. 

Lire la suite

Chronique en vrac #19 : Octobre ioche est bonne

Je me rends compte qu'au fil de ces chroniques en vrac dédiées aux mois de l'année et leur calembour, je vous livre un peu de moi et de mon histoire familiale. Cela a débuté évidemment avec celle de janvier (j'y explique d'où m'est venue cette idée) et nous voici déjà en octobre avec le seul calembour explicitement culinaire.

Il me semble que l'on a toutes et tous des souvenirs gustatifs liés à l'enfance. Il se trouve que par un de ces heureux hasards, un de mes souvenirs est celui de la brioche de ma grand-mère paternelle. Mais retrouver ce goût si particulier m'a pris un certain temps. Ma grand-mère ne nous avais pas donné sa recette et pendant longtemps, cette brioche que j'adorais est restée à l'état de souvenir. Je me suis rendue compte un jour qu'elle était en fait une variation du gâteau battu picard. Mais il a fallu que j'hérite d'un cahier de recettes, commencé par une de mes aïeules le lundi 16 novembre 1891, pour que je retrouve la recette familiale. 

Lire la suite

Recette de ketchup fait maison

A la demande générale (de quelques personnes mais cela me suffit), je vous livre cette recette ketchup maison qui me ravit les papilles. Je reconnais que la saison de la tomate est révolue. Mais s'il vous est encore possible d'en trouver sur les étals des marchés, cette recette devrait vous satisfaire.

Le ketchup, cela faisait un moment que je voulais en faire. Je l'aime avec le poulet, les oeufs, dans les burgers maison, entre autres, mais je n'en achète jamais. Je suis devenue très méfiante vis à vis des produits de l'agroalimentaire et j'essaie de plus en plus d'éviter les contenants en plastique. Bref, il y avait cette recette dont j'avais corné la page dans un livre que je recommande à celles et ceux qui aiment faire des conserves maison : Les conserves naturelles des 4 saisons aux éditions Terre Vivante. Je l'ai testée et elle est excellente. 

Lire la suite

Thé pas chez Mémé (mais un peu quand même...)

Thé pas chez Mémé, salon de thé, boutique, Gap, Hautes-Alpes
Thé pas chez Mémé (mais un peu quand même...)

Le retour des bonnes adresses dans La Gazette avec Thé pas chez Mémé, un salon de thé & boutique qui a ouvert ses portes début septembre à Gap. Comme souvent lorsque je découvre un nouveau lieu qui me plaît, je me rends compte à quel point il manquait. Et si j'en crois les échos autour de moi et les tables réservées à l'heure du déjeuner, je ne suis pas la seule à le penser. 

Que cette attente ait été en accord avec le désir de Stéphanie Vincent d'ouvrir ce salon de thé pas comme les autres et auquel elle songeait depuis longtemps, c'est toute la magie de la synchronicité. En six mois, cette ex-commerciale férue de décoration a donné corps à son projet, trouvé l'espace idéal, fait les travaux et chiné le mobilier. Une boutique accueille les créations de Lilipouss dont je vous ai déjà parlé iciainsi que ses lampes disposées ici et là dans l'espace salon de thé. Si l'on est pas chez Mémé mais un peu quand même... on s'y sent surtout comme à la maison. 

Lire la suite

Chronique en vrac #18 : Septembre comme du poulet

J’ai été tentée de filer la métaphore culinaire et de personnaliser ce calembour par un « comme un sot-l’y-laisse », qui est quand même le morceau le plus délicat de cette volaille. Mais l’ayant déjà fait pour le mois d’août, laissons septembre, selon la tradition familiale, être donc « tendre comme du poulet ». S’est posé ensuite le choix d’un visuel pour illustrer cela. Alors j’ai ressorti toute une série de photographies prises pendant un après-midi de l’été 1971. Et si je n’ai pas souvenir de l'interne en médecine et photographe amateur qui m'a photographiée dans toutes sortes de pauses, j’ai ces instantanés de la petite fille que j’étais et j’aime particulièrement la tendresse qui se dégage de celle-ci. 

Lire la suite

La coupe de cheveux énergétique chez Profil de Soi (Gap)

Je reprends cet article publié il y a un an et qui inaugurait cette rubrique Bien Être pour deux raisons. Tout d'abord le fait que la configuration du nouveau salon de Profil de Soi offre un espace calme et dédié à la coupe énergétique (et des fauteuils au bac qui vous massent le dos). Mais aussi et surtout l'évolution de la pratique de ce soin par Florence Plantade, beaucoup plus doux, tout en étant toujours aussi efficace.

 

Depuis plus de trois ans, je m'en remets régulièrement à ses mains expertes, le plus souvent à un moment où je sens qu'il me faut libérer certaines choses. Cette année, c'était juste avant mon anniversaire, une période qui s'accompagne d'une bonne dose de tensions. Mais le fait que la coupe de cheveux énergétique ait changé pas mal de choses dans mon rapport à mes cheveux reste toujours d'actualité.

Lire la suite

Chronique du potager : saison 2018 #3 - récolter avant l'automne

Le 8 septembre dernier, j'ai marché en pensée avec les 100 000 personnes qui se sont mobilisées en France pour le climat. Un peu égoïstement parce que c'était mon anniversaire et que je souhaitais le fêter avec mes proches. Et puis je ne suis pas vraiment certaine que quiconque ait manifesté à Gap... Pourtant, on est ici tout autant concerné par les effets climatiques, notamment le secteur de l'arboriculture qui doit faire face à la propagation du feu bactérien qui détruit les vergers. Mais là n'est pas le propos de cette chronique. Ce dont je veux vous parler, c'est de la prise de conscience et des changements de mode de consommation qu'ont entrainé chez moi le fait de cultiver un potager.

 

Ce 8 septembre, j'y ai donc passé une partie de l'après-midi pour récolter fruits et légumes. Tout n'est pas fini. Tomates, poivrons, piments, courgettes continuent à donner, les choux ne sont pas encore prêts à être cueillis et les courges peuvent attendre encore un peu. J'ai déjà évoqué au cours de ces chroniques (surtout dans les premières) à quel point cultiver la terre, semer, planter, entretenir, récolter m'aidait à évacuer stress et tensions en me vidant totalement la tête. Au fil des saisons, j'ai associé au simple plaisir de cultiver une réflexion sur la manière d'optimiser au mieux les différentes cultures. Ainsi que les différentes manières de transformer et conserver légumes et fruits pour les mois d'automne et d'hiver. Comme la fourmi de la fable, j'engrange.

Lire la suite

Comment faire sa lessive maison

recette, lessive maison au savon de Marseille, do it yourself, DIY, écologie, slowlife
Lessive maison : ingrédients

J'attendais d'en être satisfaite pour partager cette recette de lessive fait maison. Dans mon mode de consommation plus raisonné, moins dépendant de l'industrie et des grandes surfaces, faire ma lessive a été un premier pas. Il y en a d'autres, que ce soit dans le recyclage des épluchures (en dehors du compost) ou celui des chutes de tissus et autres serviettes de bain pour confectionner des lingettes réutilisables. J'y reviendrai. 

 

Je n'imaginais pas cela aussi simple, alors que si l'on y réfléchit bien, avant l'arrivée de tout un tas de lessives dans les rayons des supermarchés, le linge était tout aussi bien lavé ! La liste des ingrédients est minimale mais efficace : savon de Marseille, vinaigre blanc, bicarbonate de soude, eau et huiles essentielles. Et oui, je confirme, c'est aussi économique. 

Lire la suite

Chronique en vrac #17 : Août ce qu'est mon envie ?

C'est quoi ce titre et ce calembour tiré par les cheveux vous demandez-vous ? Familialement, on disait "Août ce qu'est mon fusil ? " alors qu'on ne compte pas de chasseurs dans la famille... Il existe aussi une variante - "Août toi de là que je m'y mette" mais qui ne me ressemble guère, n'ayant jamais eu l'ambition de piquer la place de quelqu'un d'autre. Ma mère m'ayant dit en riant que je pouvais bien changer "le fusil" par ce que je voulais, la question finalement qui me taraude en cette fin de mois d'août est bien celle de l'envie.

 

Bien sûr, il y a celle de prolonger encore un peu les vacances et de me poser à l'ombre dans mon jardin pour bouquiner tout l'après-midi (ce qui sera quand même au programme de demain). Mais le mois se termine et sans partir dans des résolutions, se pose vraiment la question de ce que j'ai envie de faire et de mettre en place dans ma vie professionnelle et personnelle dans les mois à venir.

Lire la suite

Chronique du potager : saison 2018 #2 (été)

Une chronique d'un été déjà bien avancé puisque tous les pois ont été consommés ou congelés. Plutôt une belle récolte, près de 6 kg, grâce à un printemps pluvieux qui a compensé les semis encore trop tardifs. Les pois tout comme moi n'aiment guère la chaleur mais supportent le gel, l'année prochaine je m'y prendrai donc plus tôt.

 

De fait, les étés étant de plus en plus chauds, je suis en train de penser que c'est tout le plan du potager qu'il va falloir réinventer pour garder le plus possible d'humidité entre les séances d'arrosage. Et me pencher un peu plus sur la permaculture. Et semer aussi plus de fleurs. Les quatre petites bombes à graines que j'avais confectionnées lors d'un atelier au Musée l'été dernier nous ont surpris et ravis par leur diversité. 

Lire la suite

Chronique en vrac #16 : Juillet dit zut !

Dans l'héritage familial des calembours (cf celui de janvier), nous disons donc "Juillet dit zut !" Et non comme on pouvait dire en 1900 "Juillet dit que je l'aime !" - dans les familles bourgeoises de province, je ne suis pas certaine que l'on exprimait facilement son affection - et encore moins "Je lui ai mis mon poing dans la figure", on sait contenir ses émotions. Toujours dans le Larousse du XXème siècle datant de 1933, "Zut" est définit comme mot familier et exclamation exprimant le dépit, la lassitude, l'indifférence, le mépris, le refus... Comment le lierais-je alors au mois de juillet ? Pas par le dépit, l'indifférence ou le mépris, par la lassitude peut-être, essentiellement dû à cette fatigue mentionnée dans la chronique de juin. J'ai besoin de vacances. Les quelques jours passés au bord de la mer mi-juillet me l'ont bien fait sentir. 

 

Outre ces calembours, il y a aussi dans mes souvenirs familiaux ces assiettes des mois de l'année de la manufacture du Moulin des Loups que possédait mon arrière grand-mère et que j'ai rachetées il y a des années, patiemment, sur eBay. Elles sont dans la villa familiale du Pas-de-Calais, en attendant d'être un jour rapatriées dans les Hautes-Alpes parce que j'aurais du mal à m'en défaire. 

Lire la suite

Le 9ème Festival de Forts en Fête à Briançon

C'est par le compte Instagram, que j'ai découvert l'existence de ce festival qui en est donc à sa 9ème édition. Forts en Fête comme son nom l'indique a lieu au Fort des Têtes, construction Vauban inscrite au Patrimoine de l'Unesco. Un décor assez magique qui sert d'écrin aux 10 représentations du nouveau spectacle de l'association Tous en Scène, fondatrice du festival, et qui cette année s'empare des fables de La Fontaine. 

 

La première a lieu ce soir mais il reste donc 9 dates pour partager avec trente comédiens et musiciens ce spectacle théâtral qui fera remonter en flèche vos souvenirs d'enfance (les récitations les mains dans le dos, bien droit, en y mettant le ton) mais qui vous entrainera aussi à redécouvrir ces fables sous des formes d'interprétation plus théâtrales, plus musicales, plus chorégraphiques et plus iconoclastes. Des petits films, du mapping, du chant, du clown, une aventure sur le fil que tisse la poésie de ces fables, drôles, légères mais aussi d'une extrême lucidité sur les contemporains de La Fontaine et qui résonnent encore à notre époque.

Lire la suite

Suivons la belle itinérance musicale du Festival de Chaillol

Cette semaine débute la 22ème édition du Festival de Chaillol qui nous invite comme chaque année à une itinérance musicale et un voyage fait de découvertes ou de retrouvailles avec des musiciens désormais familiers du public haut-alpin. C'est aussi un moment particulier pour l'Espace Culturel de Chaillol et son équipe, une intensification et un foisonnement de propositions artistiques au coeur de l'été, propice à la curiosité et au partage dans la fraîcheur d'églises de villages, de l'abbaye de Boscodon ou de la cathédrale d'Embrun.

 

Les aficionados connaissent la qualité et l'excellence revendiquées de la programmation qui témoigne de la part de Michaël Dian, directeur artistique de l'ECC, d'une immense curiosité pour tout ce que les compositeurs et artistes d'aujourd'hui créent et inventent. Ce qui l'intéresse et ce qui le meut ce sont la qualité de leur parti pris et de leur démarche artistique. Le geste musical dont la portée est déterminée par leur rapport avec les mémoires individuelles, collectives, historiques ou musicales et la qualité de l’adresse, de l’intention de ces artistes envers le public. 

J'aime la musique sans être une grande mélomane (mais je suis curieuse) et il n'y a pas un concert où je n'ai pas ressenti cette générosité des artistes et des musiciens sans compter la découverte de répertoires qui m'étaient inconnus. Et à la lecture du programme de cette édition, de très belles choses vont résonner encore dans les vallées, les villes et les villages haut-alpins. 

Lire la suite

Chronique en vrac #15 : Juin la force au courage

Allégorie de La Force, Sandro Botticelli, Musée des Offices, Florence
La Force, Sandro Botticelli. Musée des Offices, Florence

Le mois de juin touche à sa fin et il ne peut se terminer sans sa chronique en vrac et son calembour (les mois de janvier, mars et mai ont aussi été in extremis). S'il est des calembours plutôt légers (février et avril), il en est d'autres, comme celui-ci, dont la signification fait écho à ma vie personnelle. Juin c'est aussi le sixième mois de l'année (déjà), les premières chaleurs de l'été qui donnent envie de ralentir, de prendre le temps, de se poser dans le jardin avec un bouquin, d'être en vacances (même si je reviens d'une semaine à Paris...). Mais aussi de réfléchir aux six prochains mois, à ce que l'on souhaite mettre en place, voir avancer, se concrétiser. 

 

En septembre 2017, j'ai changé de décennie. Le fait d'avoir 50 ans ne m'a pas perturbé plus que cela et je les ai même fêtés à plusieurs reprises avec une certaine insouciance. Et puis la vie se charge de nous rappeler que tout peut s'arrêter du jour au lendemain. Que la force, la vigueur physique et l'énergie vitale peuvent faire défaut. On peut tenter de l'ignorer, puiser dans ses ressources au risque de s'affaiblir un peu plus et là ma foi, c'est le courage qui vient à manquer. Physiquement, je n'avais pas du tout pensé aux effets de la ménopause. Bouffées de chaleur, suées, douleurs musculaires, fatigue récurrente, irritabilité... des symptômes très sympa à vivre ! Tout étant lié, cette pesanteur physique a joué sur mon moral et ce n'est qu'en commençant à travailler concrètement sur moi-même que les choses se sont améliorées. Il y a quelques mois, j'aurais balayé "Juin la force au courage" dans un mouvement d'humeur. Aujourd'hui, je vois les choses un peu différemment.

Lire la suite

Découverte et pratique de la sophrologie chez Serenjoy

EDIT : Je garde en ligne cet article sur ma découverte de la sophrologie même si Aurélie Charre a fermé son cabinet et quitté Gap pour retourner à Montélimar.

 

Serenjoy, c'est le joli nom du cabinet de sophrologie et de massage d'Aurélie Charre. Cette contraction des mots Serenity et Joy m'a tout de suite plu, avant même que l'on se rencontre. Tout comme le design de son site que je me suis empressée d'aller voir lorsque j'ai reçu son mail de présentation de son activité. Cela a suffit pour éveiller ma curiosité et ça tombait plutôt bien car je cherchais justement une pratique pour gérer mes émotions, mon stress, pour apprendre à respirer, à mieux me connaître et à me sentir mieux tout simplement. 

 

On s'est rencontré à son cabinet où elle m'a raconté son parcours. De chargée de communication (ce qui explique l'affinité première) où à force d'accumuler fatigue et frustration (ce que je comprends parfaitement), elle s'est tournée vers la sophrologie. D'abord à titre personnel, pour aller mieux, et puis les effets bénéfiques se faisant sentir, elle s'est dit pourquoi pas changer de voie. Et après deux ans de formation et de stages, elle a ouvert son cabinet à Gap début janvier 2018.

Lire la suite

Retour sur une bien belle édition du Festival Tous Dehors (Enfin)!

Dimanche soir, affalés dans le canapé, le fessier un peu douloureux, on était groggy mais heureux d'avoir profité au maximum de cette sixième édition du Festival Tous Dehors (Enfin)! A part Silva de la Cie Libertivore à Charance, qui d'après les échos était un spectacle magnifique, et La Caravane Sonore de la Cie Détachement International du Muerto Coco, nous avons tout vu (j'ai été particulièrement efficace dans l'organisation du planning. Je suis Vierge, ceci explique cela). 

La première chose évidente à dire c'est MERCI. A l'équipe du Théâtre La Passerelle pour l'organisation de ce festival des arts de la rue et sa programmation au bel équilibre entre théâtre, cirque, acrobaties, clown (désaxé), installations poétiques et sonores, attractions, baraque de foire. Et aux artistes pour leur créativité, leur talent, leur virtuosité, leur générosité et leur humanité qui nous font passer par toute une palette d'émotions. L'objectif des 30 000 spectateurs (voire plus) sur les trois jours a été atteint cette année, preuve s'il en est que ce festival répond a une attente du public haut-alpin et de celui venu d'autres départements.

Lire la suite

Chronique en vrac #14 : Mai ta main dans la mienne

C'est en prenant mon petit déjeuner ce matin que j'ai réalisé que le mois de mai se terminait et que je n'avais toujours pas publié sa chronique en vrac (pour comprendre de quoi je parle, lisez celle de janvieret pourquoi pas celles des mois suivant, ici, ou encore ). Et puis j'ai fait mon petit tour sur Instagram, vu à plusieurs reprises la photo en noir et blanc de Mamadou Gassama (qui tient son "Acte de courage et de dévouement" estampillé République Française à la main) et mon sang n'a fait qu'un tour comme on dit et j'ai senti la colère monter en moi (à ma décharge, j'ai les hormones qui font le yoyo en ce moment et je suis très très sensible aux infos qui me donnent envie de mordre).

Que les choses soient claires, je ne remets pas en question l'acte courageux de ce jeune malien, réfugié clandestin, qui n'a pas dû réfléchir beaucoup avant d'escalader quatre étages pour sauver un enfant. Non, ce qui me fout en rogne, c'est la récupération politique et la mansuétude affichée (titre de séjour immédiat - tant mieux pour lui - et la promesse d'une intégration dans une noble institution). Je trouve ce coup de communication extrêmement malhonnête alors même que l'Assemblée Nationale a adopté en première lecture le projet de loi Asile et Immigration qui durcit les conditions pour tous ceux que l'on appelle injustement "les migrants".

Lire la suite

6ème édition du Festival Tous Dehors (Enfin)! du 1er au 3 juin

C'est toujours délicat pour les organisateurs d'un festival des arts de la rue de savoir si celui-ci va réussir à s'inscrire dans la durée. Avec une 6ème édition dont le programme est comme toujours alléchant et intriguant, le festival Tous Dehors (enfin)! organisé par l'équipe du Théâtre La Passerelle continue à monter en puissance et espère bien attirer 30 000 spectateurs cette année (d'où un déploiement dans de nouveaux lieux pour fluidifier le flux de spectateurs).

 

Si cette lune et ces coquelicots sur l'affiche vous intriguent, ils devraient vous faire rêver et éveiller des émotions physiques et sensorielles dans le cadre de la nouveauté de cette année, à savoir des installations plastiques, poétiques et spectaculaires. Entre la lune de sept mètres de diamètre conçue par l'artiste anglais Luke Jerram (Museum of the Moon - à La Providence) qui sera visible dès le jeudi 31 mai de 22h30 à 0h30 et les 120 coquelicots géants de FredandCo (Le Chant des coquelicots - Parc de la Pépinière) qui s'éveilleront à la tombée de la nuit et s'illumineront au son des violons, on n'a effectivement pas fini de rêver... Et sinon, et bien ce sont 16 spectacles et 52 représentations proposées par les 15 compagnies nationales et internationales invitées cette année.

Lire la suite

Retour sur la 6ème édition de la boutique éphémère de La Petite Ourse

Avant de vous parler de la 6ème édition du Festival des arts de la rue, Tous Dehors (Enfin)! (que j'attends avec impatience), retour sur celle de la boutique éphémère des créations originales de l'association La Petite Ourse, qui en exposant à Gap Foire Expo a touché un plus large public. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas (encore) La Petite Ourse, je vais la faire courte. Sachez que cette entreprise de l'économie sociale et solidaire oeuvre depuis 25 ans dans le bassin gapençais. Elle récupère, contrôle et recycle objets, mobiliers, vaisselles, livres... vendus ensuite à petits prix dans sa boutique. Elle a une activité de formation, d'accompagnement et d'insertion et créée chaque année 45 emplois. De ces formations et compétences acquises sont nées les boutiques éphémères (deux éditions par an) qui proposent à la vente les créations originales et pièces uniques issues des ateliers bois et menuiserie et tapisserie d'ameublement. Lors de la précédente édition en décembre dernier, je m'étais offert une très belle chaise. Et cette fois-ci, aussi...

Lire la suite

Rencontre avec AUP Déco et Gaz'Elle Création à Gap Foire Expo

De passage hier à Gap Foire Expo pour un reportage sur l'Espace Création de La Petite Ourse (vous trouverez quelques photos ici et ), j'en ai profité pour faire un tour sur d'autres stands dont celui de deux décoratrices qui vaut vraiment le détour. La décoration et l'aménagement d'intérieur étant un des thèmes de cette édition 2018, cet espace déco est une des nouveautés de la Foire qui compte aussi cette année de nouveaux exposants (ce qui dépoussière un peu l'opinion et l'image que de précédentes éditions avaient pu me donner). 

Donc si vous cherchez des idées de déco, si vous êtes en mal d'inspiration, si vous avez besoin de conseils pour aménager votre intérieur, je vous conseille vivement d'aller rencontrer Céline Clément (AUP Déco) et Virginie Jean (Gaz'Elle Création) qui se sont associées pour l'occasion. Elles partagent un goût certain pour les matières, les couleurs et leurs associations (ce qui me parle) et un réseau d'artisans d'art dont certaines créations sont présentées et mises en scène sur leur stand. 

Lire la suite

Pour déjeuner OnaturL : Bar à jus et salade bowl à Gap

Après un début de mois d'avril pluvieux, ces jours ensoleillés qui se suivent depuis une dizaine de jours donnent des envies de salades et de jus de fruits et légumes frais. Néanmoins (et parce que j'ai l'esprit de contradiction), je pense sincèrement que par temps gris, une belle salade composée de crudités et légumes de saison, de riz, quinoa ou épeautre et de légumineuses, aux différentes saveurs et couleurs, a de quoi remonter le moral. D'ailleurs je ne sais plus quel temps il faisait quand j'ai poussé la porte de OnaturL mais rien que la douceur du décor m'a donné envie de me poser le temps d'un déjeuner. 

Ce n'était pas vraiment par hasard, déjà parce qu'à plusieurs reprises, l'enseigne dans la rue avait attiré mon regard. Mais aussi parce que lors du Forum de l'entrepreneuriat féminin, j'ai croisé Michèle Husser qui a donc ouvert en novembre dernier ce bar à jus et salade bowl, prolongement évident de son activité de naturopathe, de luxopuncture et de réflexologie plantaire. Les quatre valeurs fondamentales qui définissent OnaturL sont la qualité, la fraicheur, le naturel et le plaisir. Après avoir déjeuné d'une salade aux saveurs végétariennes et d'un jus Vitalité, je peux affirmer et cocher sans mentir ces quatre valeurs. 

Lire la suite

Chronique du potager : saison 2018 #1 (avril)

Les saisons se suivent, c'est indéniable, mais ne se ressemblent pas tout à fait. En bonne Vierge, j'ai mon petit cahier débuté en 2014 dans lequel je note pas mal de choses. Jours de labour, de semis, la météo (pas tous les jours, faut pas exagérer non plus) et un plan, chaque saison, ce qui nous permet d'alterner les cultures. Le début de printemps ayant été frais et pluvieux, on est en décalage d'une dizaine de jours par rapport à l'année dernière. 

Mais bon, aujourd'hui on s'est rattrapé avec les semis d'ail, de petits pois et de laitue à couper et la dernière parcelle de terre retournée à la grelinette. J'avais envisagé ce programme dimanche, mais mon corps en a décidé autrement après un stage de portées acrobatiques avec quatre acrobates du Projet PDF (Portées de femmes) qui seront sur scène samedi soir au Théâtre La Passerelle. Trop de courbatures dans les cuisses et fessier et une démarche robotique ont eu raison de mon planning. 

Lire la suite

Chroniques en vrac #13 : Avril toi sous mon parapluie

En écoutant ce matin la pluie tambouriner sur le toit alors que j'étais encore bien au chaud sous la couette, j'ai pensé que le temps était approprié à cette nouvelle chronique en vrac dédiée au mois de l'année et leur calembour familial (si vous prenez ces chroniques en route, celle de janvier vous explique le pourquoi du comment).

 

Avril donc. Avril toi sous mon parapluie. Il existe une variante datant de 1900, Avril moi sous ton parapluie, mais je préfère la version familiale qui est une invite à s'abriter à deux plutôt que la deuxième option qui implique d'en faire la demande au risque d'essuyer un refus qui nous laissera tremper. Ceci étant dit, le message est clair, avril est un mois pluvieux, n'en déplaise à ceux qui se lamentent pensant que l'équinoxe de printemps signifie soleil tous les jours, hausse des températures et saut direct en été (rappelez-vous l'autre dicton : En avril ne te découvre pas d'un fil). Bref, j'ai du mal à saisir cette impatience (même si comme tout le monde, je me réjouis de la fin de l'hiver) car n'oublions pas les ami-es que la nature a grand besoin de cette pluie. 

Lire la suite

Jeudi 5 avril : 1er Forum de l'Entrepreneuriat féminin organisé par ELLEA

Save the date comme on dit chez les anglo-saxons. Le jeudi 5 avril, le réseau ELLEA (Elles entreprennent dans les Alpes) organise sa première édition du Forum de l'Entrepreneuriat féminin. Comme indiqué sur l'affiche, il aura lieu au CMCL, à Gap, de 9h à 17h

 

On vous a concocté un programme de tables rondes, ateliers et conférences, qui aborderont différentes thématiques évidemment en lien avec l'entrepreneuriat. Je dis "on" parce que je suis membre de ce réseau et que je me suis impliquée dans sa préparation. Nous avons conçu ce forum comme une journée d'échanges, de partages d'expériences et d'informations à destination des femmes qu'elles soient déjà entrepreneures, porteuses de projets, en phase de création d’entreprise ou encore en reconversion professionnelle. Nous avons bénéficié pour organiser ce forum d'un financement de la Région PACA et du soutien de la déléguée départementale aux droits des femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes. Ainsi que de celui de différents partenaires qui seront présents tout au long de la journée pour vous informer sur les aides et l’accompagnement à la création d’entreprise. Quant au programme, cliquez sur "Lire la suite". 

Lire la suite

Pour lire la suite des articles publiés, rendez-vous dans la rubrique ARCHIVES.