La coupe de cheveux énergétique chez Profil de Soi (Gap)

Je reprends cet article publié il y a un an et qui inaugurait cette rubrique Bien Être pour deux raisons. Tout d'abord le fait que la configuration du nouveau salon de Profil de Soi offre un espace calme et dédié à la coupe énergétique (et des fauteuils au bac qui vous massent le dos). Mais aussi et surtout l'évolution de la pratique de ce soin par Florence Plantade, beaucoup plus doux, tout en étant toujours aussi efficace.

 

Depuis plus de trois ans, je m'en remets régulièrement à ses mains expertes, le plus souvent à un moment où je sens qu'il me faut libérer certaines choses. Cette année, c'était juste avant mon anniversaire, une période qui s'accompagne d'une bonne dose de tensions. Mais le fait que la coupe de cheveux énergétique ait changé pas mal de choses dans mon rapport à mes cheveux reste toujours d'actualité.

Lire la suite

Chronique du potager : saison 2018 #3 - récolter avant l'automne

Le 8 septembre dernier, j'ai marché en pensée avec les 100 000 personnes qui se sont mobilisées en France pour le climat. Un peu égoïstement parce que c'était mon anniversaire et que je souhaitais le fêter avec mes proches. Et puis je ne suis pas vraiment certaine que quiconque ait manifesté à Gap... Pourtant, on est ici tout autant concerné par les effets climatiques, notamment le secteur de l'arboriculture qui doit faire face à la propagation du feu bactérien qui détruit les vergers. Mais là n'est pas le propos de cette chronique. Ce dont je veux vous parler, c'est de la prise de conscience et des changements de mode de consommation qu'ont entrainé chez moi le fait de cultiver un potager.

 

Ce 8 septembre, j'y ai donc passé une partie de l'après-midi pour récolter fruits et légumes. Tout n'est pas fini. Tomates, poivrons, piments, courgettes continuent à donner, les choux ne sont pas encore prêts à être cueillis et les courges peuvent attendre encore un peu. J'ai déjà évoqué au cours de ces chroniques (surtout dans les premières) à quel point cultiver la terre, semer, planter, entretenir, récolter m'aidait à évacuer stress et tensions en me vidant totalement la tête. Au fil des saisons, j'ai associé au simple plaisir de cultiver une réflexion sur la manière d'optimiser au mieux les différentes cultures. Ainsi que les différentes manières de transformer et conserver légumes et fruits pour les mois d'automne et d'hiver. Comme la fourmi de la fable, j'engrange.

Lire la suite

Comment faire sa lessive maison

recette, lessive maison au savon de Marseille, do it yourself, DIY, écologie, slowlife
Lessive maison : ingrédients

J'attendais d'en être satisfaite pour partager cette recette de lessive fait maison. Dans mon mode de consommation plus raisonné, moins dépendant de l'industrie et des grandes surfaces, faire ma lessive a été un premier pas. Il y en a d'autres, que ce soit dans le recyclage des épluchures (en dehors du compost) ou celui des chutes de tissus et autres serviettes de bain pour confectionner des lingettes réutilisables. J'y reviendrai. 

 

Je n'imaginais pas cela aussi simple, alors que si l'on y réfléchit bien, avant l'arrivée de tout un tas de lessives dans les rayons des supermarchés, le linge était tout aussi bien lavé ! La liste des ingrédients est minimale mais efficace : savon de Marseille, vinaigre blanc, bicarbonate de soude, eau et huiles essentielles. Et oui, je confirme, c'est aussi économique. 

Lire la suite

Chronique en vrac #17 : Août ce qu'est mon envie ?

C'est quoi ce titre et ce calembour tiré par les cheveux vous demandez-vous ? Familialement, on disait "Août ce qu'est mon fusil ? " alors qu'on ne compte pas de chasseurs dans la famille... Il existe aussi une variante - "Août toi de là que je m'y mette" mais qui ne me ressemble guère, n'ayant jamais eu l'ambition de piquer la place de quelqu'un d'autre. Ma mère m'ayant dit en riant que je pouvais bien changer "le fusil" par ce que je voulais, la question finalement qui me taraude en cette fin de mois d'août est bien celle de l'envie.

 

Bien sûr, il y a celle de prolonger encore un peu les vacances et de me poser à l'ombre dans mon jardin pour bouquiner tout l'après-midi (ce qui sera quand même au programme de demain). Mais le mois se termine et sans partir dans des résolutions, se pose vraiment la question de ce que j'ai envie de faire et de mettre en place dans ma vie professionnelle et personnelle dans les mois à venir.

Lire la suite

Chronique du potager : saison 2018 #2 (été)

Une chronique d'un été déjà bien avancé puisque tous les pois ont été consommés ou congelés. Plutôt une belle récolte, près de 6 kg, grâce à un printemps pluvieux qui a compensé les semis encore trop tardifs. Les pois tout comme moi n'aiment guère la chaleur mais supportent le gel, l'année prochaine je m'y prendrai donc plus tôt.

 

De fait, les étés étant de plus en plus chauds, je suis en train de penser que c'est tout le plan du potager qu'il va falloir réinventer pour garder le plus possible d'humidité entre les séances d'arrosage. Et me pencher un peu plus sur la permaculture. Et semer aussi plus de fleurs. Les quatre petites bombes à graines que j'avais confectionnées lors d'un atelier au Musée l'été dernier nous ont surpris et ravis par leur diversité. 

Lire la suite

Chronique en vrac #16 : Juillet dit zut !

Dans l'héritage familial des calembours (cf celui de janvier), nous disons donc "Juillet dit zut !" Et non comme on pouvait dire en 1900 "Juillet dit que je l'aime !" - dans les familles bourgeoises de province, je ne suis pas certaine que l'on exprimait facilement son affection - et encore moins "Je lui ai mis mon poing dans la figure", on sait contenir ses émotions. Toujours dans le Larousse du XXème siècle datant de 1933, "Zut" est définit comme mot familier et exclamation exprimant le dépit, la lassitude, l'indifférence, le mépris, le refus... Comment le lierais-je alors au mois de juillet ? Pas par le dépit, l'indifférence ou le mépris, par la lassitude peut-être, essentiellement dû à cette fatigue mentionnée dans la chronique de juin. J'ai besoin de vacances. Les quelques jours passés au bord de la mer mi-juillet me l'ont bien fait sentir. 

 

Outre ces calembours, il y a aussi dans mes souvenirs familiaux ces assiettes des mois de l'année de la manufacture du Moulin des Loups que possédait mon arrière grand-mère et que j'ai rachetées il y a des années, patiemment, sur eBay. Elles sont dans la villa familiale du Pas-de-Calais, en attendant d'être un jour rapatriées dans les Hautes-Alpes parce que j'aurais du mal à m'en défaire. 

Lire la suite

Le 9ème Festival de Forts en Fête à Briançon

C'est par le compte Instagram, que j'ai découvert l'existence de ce festival qui en est donc à sa 9ème édition. Forts en Fête comme son nom l'indique a lieu au Fort des Têtes, construction Vauban inscrite au Patrimoine de l'Unesco. Un décor assez magique qui sert d'écrin aux 10 représentations du nouveau spectacle de l'association Tous en Scène, fondatrice du festival, et qui cette année s'empare des fables de La Fontaine. 

 

La première a lieu ce soir mais il reste donc 9 dates pour partager avec trente comédiens et musiciens ce spectacle théâtral qui fera remonter en flèche vos souvenirs d'enfance (les récitations les mains dans le dos, bien droit, en y mettant le ton) mais qui vous entrainera aussi à redécouvrir ces fables sous des formes d'interprétation plus théâtrales, plus musicales, plus chorégraphiques et plus iconoclastes. Des petits films, du mapping, du chant, du clown, une aventure sur le fil que tisse la poésie de ces fables, drôles, légères mais aussi d'une extrême lucidité sur les contemporains de La Fontaine et qui résonnent encore à notre époque.

Lire la suite

Suivons la belle itinérance musicale du Festival de Chaillol

Cette semaine débute la 22ème édition du Festival de Chaillol qui nous invite comme chaque année à une itinérance musicale et un voyage fait de découvertes ou de retrouvailles avec des musiciens désormais familiers du public haut-alpin. C'est aussi un moment particulier pour l'Espace Culturel de Chaillol et son équipe, une intensification et un foisonnement de propositions artistiques au coeur de l'été, propice à la curiosité et au partage dans la fraîcheur d'églises de villages, de l'abbaye de Boscodon ou de la cathédrale d'Embrun.

 

Les aficionados connaissent la qualité et l'excellence revendiquées de la programmation qui témoigne de la part de Michaël Dian, directeur artistique de l'ECC, d'une immense curiosité pour tout ce que les compositeurs et artistes d'aujourd'hui créent et inventent. Ce qui l'intéresse et ce qui le meut ce sont la qualité de leur parti pris et de leur démarche artistique. Le geste musical dont la portée est déterminée par leur rapport avec les mémoires individuelles, collectives, historiques ou musicales et la qualité de l’adresse, de l’intention de ces artistes envers le public. 

J'aime la musique sans être une grande mélomane (mais je suis curieuse) et il n'y a pas un concert où je n'ai pas ressenti cette générosité des artistes et des musiciens sans compter la découverte de répertoires qui m'étaient inconnus. Et à la lecture du programme de cette édition, de très belles choses vont résonner encore dans les vallées, les villes et les villages haut-alpins. 

Lire la suite

Chronique en vrac #15 : Juin la force au courage

Allégorie de La Force, Sandro Botticelli, Musée des Offices, Florence
La Force, Sandro Botticelli. Musée des Offices, Florence

Le mois de juin touche à sa fin et il ne peut se terminer sans sa chronique en vrac et son calembour (les mois de janvier, mars et mai ont aussi été in extremis). S'il est des calembours plutôt légers (février et avril), il en est d'autres, comme celui-ci, dont la signification fait écho à ma vie personnelle. Juin c'est aussi le sixième mois de l'année (déjà), les premières chaleurs de l'été qui donnent envie de ralentir, de prendre le temps, de se poser dans le jardin avec un bouquin, d'être en vacances (même si je reviens d'une semaine à Paris...). Mais aussi de réfléchir aux six prochains mois, à ce que l'on souhaite mettre en place, voir avancer, se concrétiser. 

 

En septembre 2017, j'ai changé de décennie. Le fait d'avoir 50 ans ne m'a pas perturbé plus que cela et je les ai même fêtés à plusieurs reprises avec une certaine insouciance. Et puis la vie se charge de nous rappeler que tout peut s'arrêter du jour au lendemain. Que la force, la vigueur physique et l'énergie vitale peuvent faire défaut. On peut tenter de l'ignorer, puiser dans ses ressources au risque de s'affaiblir un peu plus et là ma foi, c'est le courage qui vient à manquer. Physiquement, je n'avais pas du tout pensé aux effets de la ménopause. Bouffées de chaleur, suées, douleurs musculaires, fatigue récurrente, irritabilité... des symptômes très sympa à vivre ! Tout étant lié, cette pesanteur physique a joué sur mon moral et ce n'est qu'en commençant à travailler concrètement sur moi-même que les choses se sont améliorées. Il y a quelques mois, j'aurais balayé "Juin la force au courage" dans un mouvement d'humeur. Aujourd'hui, je vois les choses un peu différemment.

Lire la suite

Découverte et pratique de la sophrologie chez Serenjoy

EDIT : Je garde en ligne cet article sur ma découverte de la sophrologie même si Aurélie Charre a fermé son cabinet et quitté Gap pour retourner à Montélimar.

 

Serenjoy, c'est le joli nom du cabinet de sophrologie et de massage d'Aurélie Charre. Cette contraction des mots Serenity et Joy m'a tout de suite plu, avant même que l'on se rencontre. Tout comme le design de son site que je me suis empressée d'aller voir lorsque j'ai reçu son mail de présentation de son activité. Cela a suffit pour éveiller ma curiosité et ça tombait plutôt bien car je cherchais justement une pratique pour gérer mes émotions, mon stress, pour apprendre à respirer, à mieux me connaître et à me sentir mieux tout simplement. 

 

On s'est rencontré à son cabinet où elle m'a raconté son parcours. De chargée de communication (ce qui explique l'affinité première) où à force d'accumuler fatigue et frustration (ce que je comprends parfaitement), elle s'est tournée vers la sophrologie. D'abord à titre personnel, pour aller mieux, et puis les effets bénéfiques se faisant sentir, elle s'est dit pourquoi pas changer de voie. Et après deux ans de formation et de stages, elle a ouvert son cabinet à Gap début janvier 2018.

Lire la suite

Retour sur une bien belle édition du Festival Tous Dehors (Enfin)!

Dimanche soir, affalés dans le canapé, le fessier un peu douloureux, on était groggy mais heureux d'avoir profité au maximum de cette sixième édition du Festival Tous Dehors (Enfin)! A part Silva de la Cie Libertivore à Charance, qui d'après les échos était un spectacle magnifique, et La Caravane Sonore de la Cie Détachement International du Muerto Coco, nous avons tout vu (j'ai été particulièrement efficace dans l'organisation du planning. Je suis Vierge, ceci explique cela). 

La première chose évidente à dire c'est MERCI. A l'équipe du Théâtre La Passerelle pour l'organisation de ce festival des arts de la rue et sa programmation au bel équilibre entre théâtre, cirque, acrobaties, clown (désaxé), installations poétiques et sonores, attractions, baraque de foire. Et aux artistes pour leur créativité, leur talent, leur virtuosité, leur générosité et leur humanité qui nous font passer par toute une palette d'émotions. L'objectif des 30 000 spectateurs (voire plus) sur les trois jours a été atteint cette année, preuve s'il en est que ce festival répond a une attente du public haut-alpin et de celui venu d'autres départements.

Lire la suite

Chronique en vrac #14 : Mai ta main dans la mienne

C'est en prenant mon petit déjeuner ce matin que j'ai réalisé que le mois de mai se terminait et que je n'avais toujours pas publié sa chronique en vrac (pour comprendre de quoi je parle, lisez celle de janvieret pourquoi pas celles des mois suivant, ici, ou encore ). Et puis j'ai fait mon petit tour sur Instagram, vu à plusieurs reprises la photo en noir et blanc de Mamadou Gassama (qui tient son "Acte de courage et de dévouement" estampillé République Française à la main) et mon sang n'a fait qu'un tour comme on dit et j'ai senti la colère monter en moi (à ma décharge, j'ai les hormones qui font le yoyo en ce moment et je suis très très sensible aux infos qui me donnent envie de mordre).

Que les choses soient claires, je ne remets pas en question l'acte courageux de ce jeune malien, réfugié clandestin, qui n'a pas dû réfléchir beaucoup avant d'escalader quatre étages pour sauver un enfant. Non, ce qui me fout en rogne, c'est la récupération politique et la mansuétude affichée (titre de séjour immédiat - tant mieux pour lui - et la promesse d'une intégration dans une noble institution). Je trouve ce coup de communication extrêmement malhonnête alors même que l'Assemblée Nationale a adopté en première lecture le projet de loi Asile et Immigration qui durcit les conditions pour tous ceux que l'on appelle injustement "les migrants".

Lire la suite

6ème édition du Festival Tous Dehors (Enfin)! du 1er au 3 juin

C'est toujours délicat pour les organisateurs d'un festival des arts de la rue de savoir si celui-ci va réussir à s'inscrire dans la durée. Avec une 6ème édition dont le programme est comme toujours alléchant et intriguant, le festival Tous Dehors (enfin)! organisé par l'équipe du Théâtre La Passerelle continue à monter en puissance et espère bien attirer 30 000 spectateurs cette année (d'où un déploiement dans de nouveaux lieux pour fluidifier le flux de spectateurs).

 

Si cette lune et ces coquelicots sur l'affiche vous intriguent, ils devraient vous faire rêver et éveiller des émotions physiques et sensorielles dans le cadre de la nouveauté de cette année, à savoir des installations plastiques, poétiques et spectaculaires. Entre la lune de sept mètres de diamètre conçue par l'artiste anglais Luke Jerram (Museum of the Moon - à La Providence) qui sera visible dès le jeudi 31 mai de 22h30 à 0h30 et les 120 coquelicots géants de FredandCo (Le Chant des coquelicots - Parc de la Pépinière) qui s'éveilleront à la tombée de la nuit et s'illumineront au son des violons, on n'a effectivement pas fini de rêver... Et sinon, et bien ce sont 16 spectacles et 52 représentations proposées par les 15 compagnies nationales et internationales invitées cette année.

Lire la suite

Retour sur la 6ème édition de la boutique éphémère de La Petite Ourse

Avant de vous parler de la 6ème édition du Festival des arts de la rue, Tous Dehors (Enfin)! (que j'attends avec impatience), retour sur celle de la boutique éphémère des créations originales de l'association La Petite Ourse, qui en exposant à Gap Foire Expo a touché un plus large public. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas (encore) La Petite Ourse, je vais la faire courte. Sachez que cette entreprise de l'économie sociale et solidaire oeuvre depuis 25 ans dans le bassin gapençais. Elle récupère, contrôle et recycle objets, mobiliers, vaisselles, livres... vendus ensuite à petits prix dans sa boutique. Elle a une activité de formation, d'accompagnement et d'insertion et créée chaque année 45 emplois. De ces formations et compétences acquises sont nées les boutiques éphémères (deux éditions par an) qui proposent à la vente les créations originales et pièces uniques issues des ateliers bois et menuiserie et tapisserie d'ameublement. Lors de la précédente édition en décembre dernier, je m'étais offert une très belle chaise. Et cette fois-ci, aussi...

Lire la suite

Rencontre avec AUP Déco et Gaz'Elle Création à Gap Foire Expo

De passage hier à Gap Foire Expo pour un reportage sur l'Espace Création de La Petite Ourse (vous trouverez quelques photos ici et ), j'en ai profité pour faire un tour sur d'autres stands dont celui de deux décoratrices qui vaut vraiment le détour. La décoration et l'aménagement d'intérieur étant un des thèmes de cette édition 2018, cet espace déco est une des nouveautés de la Foire qui compte aussi cette année de nouveaux exposants (ce qui dépoussière un peu l'opinion et l'image que de précédentes éditions avaient pu me donner). 

Donc si vous cherchez des idées de déco, si vous êtes en mal d'inspiration, si vous avez besoin de conseils pour aménager votre intérieur, je vous conseille vivement d'aller rencontrer Céline Clément (AUP Déco) et Virginie Jean (Gaz'Elle Création) qui se sont associées pour l'occasion. Elles partagent un goût certain pour les matières, les couleurs et leurs associations (ce qui me parle) et un réseau d'artisans d'art dont certaines créations sont présentées et mises en scène sur leur stand. 

Lire la suite

Pour déjeuner OnaturL : Bar à jus et salade bowl à Gap

Après un début de mois d'avril pluvieux, ces jours ensoleillés qui se suivent depuis une dizaine de jours donnent des envies de salades et de jus de fruits et légumes frais. Néanmoins (et parce que j'ai l'esprit de contradiction), je pense sincèrement que par temps gris, une belle salade composée de crudités et légumes de saison, de riz, quinoa ou épeautre et de légumineuses, aux différentes saveurs et couleurs, a de quoi remonter le moral. D'ailleurs je ne sais plus quel temps il faisait quand j'ai poussé la porte de OnaturL mais rien que la douceur du décor m'a donné envie de me poser le temps d'un déjeuner. 

Ce n'était pas vraiment par hasard, déjà parce qu'à plusieurs reprises, l'enseigne dans la rue avait attiré mon regard. Mais aussi parce que lors du Forum de l'entrepreneuriat féminin, j'ai croisé Michèle Husser qui a donc ouvert en novembre dernier ce bar à jus et salade bowl, prolongement évident de son activité de naturopathe, de luxopuncture et de réflexologie plantaire. Les quatre valeurs fondamentales qui définissent OnaturL sont la qualité, la fraicheur, le naturel et le plaisir. Après avoir déjeuné d'une salade aux saveurs végétariennes et d'un jus Vitalité, je peux affirmer et cocher sans mentir ces quatre valeurs. 

Lire la suite

Chronique du potager : saison 2018 #1 (avril)

Les saisons se suivent, c'est indéniable, mais ne se ressemblent pas tout à fait. En bonne Vierge, j'ai mon petit cahier débuté en 2014 dans lequel je note pas mal de choses. Jours de labour, de semis, la météo (pas tous les jours, faut pas exagérer non plus) et un plan, chaque saison, ce qui nous permet d'alterner les cultures. Le début de printemps ayant été frais et pluvieux, on est en décalage d'une dizaine de jours par rapport à l'année dernière. 

Mais bon, aujourd'hui on s'est rattrapé avec les semis d'ail, de petits pois et de laitue à couper et la dernière parcelle de terre retournée à la grelinette. J'avais envisagé ce programme dimanche, mais mon corps en a décidé autrement après un stage de portées acrobatiques avec quatre acrobates du Projet PDF (Portées de femmes) qui seront sur scène samedi soir au Théâtre La Passerelle. Trop de courbatures dans les cuisses et fessier et une démarche robotique ont eu raison de mon planning. 

Lire la suite

Chroniques en vrac #13 : Avril toi sous mon parapluie

En écoutant ce matin la pluie tambouriner sur le toit alors que j'étais encore bien au chaud sous la couette, j'ai pensé que le temps était approprié à cette nouvelle chronique en vrac dédiée au mois de l'année et leur calembour familial (si vous prenez ces chroniques en route, celle de janvier vous explique le pourquoi du comment).

 

Avril donc. Avril toi sous mon parapluie. Il existe une variante datant de 1900, Avril moi sous ton parapluie, mais je préfère la version familiale qui est une invite à s'abriter à deux plutôt que la deuxième option qui implique d'en faire la demande au risque d'essuyer un refus qui nous laissera tremper. Ceci étant dit, le message est clair, avril est un mois pluvieux, n'en déplaise à ceux qui se lamentent pensant que l'équinoxe de printemps signifie soleil tous les jours, hausse des températures et saut direct en été (rappelez-vous l'autre dicton : En avril ne te découvre pas d'un fil). Bref, j'ai du mal à saisir cette impatience (même si comme tout le monde, je me réjouis de la fin de l'hiver) car n'oublions pas les ami-es que la nature a grand besoin de cette pluie. 

Lire la suite

Jeudi 5 avril : 1er Forum de l'Entrepreneuriat féminin organisé par ELLEA

Save the date comme on dit chez les anglo-saxons. Le jeudi 5 avril, le réseau ELLEA (Elles entreprennent dans les Alpes) organise sa première édition du Forum de l'Entrepreneuriat féminin. Comme indiqué sur l'affiche, il aura lieu au CMCL, à Gap, de 9h à 17h

 

On vous a concocté un programme de tables rondes, ateliers et conférences, qui aborderont différentes thématiques évidemment en lien avec l'entrepreneuriat. Je dis "on" parce que je suis membre de ce réseau et que je me suis impliquée dans sa préparation. Nous avons conçu ce forum comme une journée d'échanges, de partages d'expériences et d'informations à destination des femmes qu'elles soient déjà entrepreneures, porteuses de projets, en phase de création d’entreprise ou encore en reconversion professionnelle. Nous avons bénéficié pour organiser ce forum d'un financement de la Région PACA et du soutien de la déléguée départementale aux droits des femmes et à l’égalité entre les femmes et les hommes. Ainsi que de celui de différents partenaires qui seront présents tout au long de la journée pour vous informer sur les aides et l’accompagnement à la création d’entreprise. Quant au programme, cliquez sur "Lire la suite". 

Lire la suite

Chroniques en vrac #12 : Mars droit !

Belvédère de Belleville, vue, Paris, Tour Eiffel
Paris vu du Belvédère de Belleville

Il s'en est fallu de peu pour que je loupe le coche de cette chronique en vrac dédiée aux mois de l'année et leur calembour. Un peu in extremis comme pour le mois de janvier quand l'idée m'en était venue. Pourquoi attendre le 31 ? Et bien peut-être à cause de cette injonction à une trajectoire droite alors que je me suis égarée fin février, début mars, dans quelques impasses et pensées tortueuses... sans compter une immense fatigue. J'ai donc concentré mon peu d'énergie dans ce que j'avais à faire, notamment les missions de communication et articles pour lesquels je suis rémunérée, tout en procrastinant pour le reste. 

 

Dans la famille, nous disons donc "Mars droit", c'est martial, forcement, mais je le préfère à un "Mars ou crève" ou encore un "Mars pas sur mes pieds" comme j'ai pu le lire dans mes recherches sur ces calembours. Et pour faire un sort à cette mini dépression pré-printemps, je suis partie pour Paris, histoire finalement, de me remettre d'équerre. 

Lire la suite

Exposition Marseille, Carte Blanche à Yohanne Lamoulère

Photographie, Exposition, Marseille, Carte Blanche, Yohanne Lamoulère, Galerie, Théâtre La Passerelle
Les sauteurs. © Yohanne Lamoulère

Le temps file vite et si vous ne l'avez pas encore vu, je vous invite à profiter de cette semaine (la dernière) pour voir l'exposition des photographies de Yohanne Lamoulère à la Galerie du théâtre La Passerelle. Marseille comme vous ne l'avez probablement jamais vu car le travail de cette jeune photographe s'inscrit dans les quartiers dans lesquels elle vit, ces fameux quartiers nord dont les médias véhiculent une image qui en fausse la réalité. 

La plupart des photographies exposées sont issues d'un projet, La France Vue d'Ici, porté par le rendez-vous photographique ImageSingulières et Médiapart. La vision qu'elle nous offre de ces quartiers et de ses habitants va à l'encontre des clichés, les travaille au corps avec une volonté de documenter les mutations de la ville, ces espaces que l'on détruit et reconstruit dans l'objectif, aussi, de repousser la pauvreté toujours plus loin et de sortir cette population de la ville. 

Lire la suite

L'eau et la femme : exposition de Varenne à la Galerie 15 Martel (Paris)

Exposition, Galerie 15 Martel Curiosity + experiences, Varenne, L'eau et la femme, Paris
L'eau et la femme de Varenne (cliquez sur l'image pour soutenir le projet d'édition)

Pourquoi donc je vous parle de cette exposition de Varenne dans une galerie parisienne ? Et bien parce que je serai au vernissage le 15 mars prochain et que j'ai hâte de découvrir cette nouvelle galerie fondée par une amie dont j'aime l'enthousiasme et l'énergie qu'elle déploie dans ses projets artistiques. Sa galerie, elle l'a conçue comme un lieu de création, un espace de liberté pour des artistes et des auteurs dont les créations sont refusées ou censurées en raison des conventions. Or, à l'heure où des pétitions entrainent des auteurs à renoncer à leur travail (dernier exemple en date, cette polémique et ses conséquences que je déplore), se dresser contre le retour des ciseaux Anastasie me semble grandement nécessaire !

 

Et puis, j'ai aussi très envie de voir la nouvelle série de tableaux d'Alex Varenne dont je connais peu l'oeuvre finalement (alors qu'il est l'auteur de beaucoup de bandes dessinées érotiques, "genre ostracisé par les cercles officiels" selon ces propres mots) (et oui, j'ai eu une période où je lisais pas mal de BD érotiques). Cette exposition est aussi l'occasion de soutenir sur Ulule le projet d'édition de ces oeuvres inédites aux éditions Zanpano et de s'offrir un tirage signé, un ouvrage dédicacé ou encore une oeuvre originale.

 

Lire la suite

Voulouz Loar / Velluto di Luna : la belle rencontre du prochain WEM#2 du Festival de Chaillol

WEM#2 Festival de Chaillol, Annie Ebrel, Riccardo Del Fra, concerts, Hautes-Alpes
Annie Ebrel et Riccardo Del Fra

C'est à nouveau à une belle rencontre musicale que nous convie le prochain WEM du Festival de Chaillolqui accueille pour quatre dates le duo composé d'Annie Ebrel au chant breton et Riccardo Del Fra, contrebassiste de jazz de renom international. Ces concerts célèbrent aussi  vingt ans de complicité musicale avec la réédition de l'album né de leur rencontre en 1997. Une invitation à vivre une belle histoire et un moment privilégié à l'écoute de ces deux voix (prenez le temps de regarder la vidéo ci-dessous, vous comprendrez ce que je veux dire). 

 

D'abord il y a une langue, le Breton, qu'Annie Ebrel chante, collecte, enseigne et transmet en la confrontant à d'autres cultures et d'autres langages. Une langue toujours vivante (parlée depuis 1500 ans, excusez du peu), une langue celtique (étrangère à qui n'est pas breton, gallois ou cornouaillais), témoin d'une longue histoire propre à faire rêver avec ses accents mystérieux. Le swing délicat et épuré de Riccardo Del Fra épouse dans ce Velours de Lune la tradition orale bretonne du chant d'Annie Ebrel. Fermez les yeux et laissez vous emporter. 

 

Les dates

Jeu. 1er mars - TALLARD - École Saint-Exupéry - 20h30

Ven. 2 mars - LA BÂTIE-NEUVE - Église - 20h30

Sam. 3 mars - CHABESTAN - Église - 20h30

Dim. 4 mars - SAINT-BONNET EN CHAMPSAUR - Église - 18h

 

Tarif unique : 8 euros - Renseignements et réservation ICI

Lire la suite

Chroniques en vrac #11 : Février tes yeux dans les miens

Après Janvier ton sort, voici Février tes yeux dans les miens, un calembour particulièrement adapté à ce mois de février. Je n'aurais jamais imaginé publier un billet le jour de la Saint-Valentin (outre ma contribution au #love général avec un gâteau au chocolat dans un moule en forme de coeur). Oui mais bon, voilà. Il a fallu cette photo. (Pour info, j'ai glané sur le net que ce calembour ci est le souvenir d'une romance célèbre du XIXème siècle, Mire tes yeux dans mes yeux de Loïsa Puget qui a même droit à une petite notice en anglais sur Wikipedia). 

 

Quant à cette photo, n'y voyez pas un ego trip mais quand Facebook me l'a ressorti récemment (dans la série vos souvenirs il y a X ans), elle a été l'élément déclencheur comme on dit. Outre le fait, qu'à part les cheveux gris, je n'ai pas tellement changé en sept ans (et que j'ai toujours dans ma garde-robe cette jupe et ce châle), cette photo évoque effectivement plein de souvenirs. Elle a été prise à une des soirées de l'édition de janvier 2011 du salon Mess Around pour lequel j'étais attachée de presse. Et ce salon a été celui où s'est joué le début d'une histoire d'amour qui m'a menée de Paris à Gap. 

Lire la suite

Si vous ne connaissez pas Le Bouchon, une bonne adresse à Gap

Quand on me demande l'adresse d'un bon restaurant à Gap, la première que je propose est toujours Le Bouchon et ce pour de multiples raisons. D'ordres personnelles, amicales et culinaires bien évidemment (mais ne vous attendez pas à une critique gastronomique genre guide, ce n'est pas mon rayon).

Alors par quoi commencer puisque tout est imbriqué. Par le plus simple, à savoir qu'Elise et Mike sont des amis, que l'amoureux y a travaillé en cuisine et que je connais donc un peu les coulisses (j'y ai même fait la plonge un soir), ce qui explique que j'ai toujours autant de plaisir à y manger. Parce que je sais le soin accorder au choix des produits dont la plupart sont locaux et le talent du chef pour les cuisiner. Une cuisine française qui réserve toujours des surprises gustatives et des associations de saveurs auxquelles je n'aurais pas pensé et qui se révèlent savoureuses. 

Lire la suite

100 escales et autant de pépites artisanales

100 escales, bijoux, artisanat, Laponie suédoise, boutique en ligne
Bijoux en argent d'artisans en Laponie suédoise

Si l'objectif de ce blog est de vous faire découvrir ce qui me plait dans ma vie haut-alpine, je n'en reste pas moins connectée au reste du monde avec des envies de parler, aussi, de ce qui se passe et se produit ailleurs. D'où cette nouvelle rubrique Network pour vous faire part de ce qui me meut et des personnes ou projets qui m'inspirent.

 

Comme 100 escales, concept-store en ligne créé par Emilie Kremer, une journaliste et grande voyageuse basée à Paris depuis plus de dix ans et avec laquelle j'ai eu beaucoup de plaisir à travailler lorsque j'étais attachée de presse du salon professionnel Mess Around. J'ai bien évidemment suivi la genèse et le lancement de son projet, sachant pertinemment qu'avec son oeil et sa curiosité, son envie d'aller au delà des clichés liés à l'artisanat, elle nous ferait découvrir au gré de ses escales, de petites merveilles artisanales et pièces uniques, à l'image de ces bijoux en argent massif inspirés par les paysages et la nature du nord de la Laponie suédoise.

Lire la suite

Théâtre et cinéma au programme du Théâtre du Briançonnais

Le dernier des hommes, ciné-théâtre, théâtre du Briançonnais
Le dernier des hommes, ciné-théâtre. Crédit photo : Philippe Gargon

Ce ne sont pas les idées d'articles et publications en attente qui manquent mais l'écriture de certains prend du temps, parfois... Je poursuis donc l'agenda culturel avec la programmation du théâtre du Briançonnais pour cette deuxième partie du mois de février. Et ce qui me plait bien dans ce programme, ce sont les films sélectionnés et proposés en lien avec les spectacles.

Par exemple, le film Lumière ! L'aventure commence de Thierry Frémaux qui sera projeté le lundi 12 février à 20h30 au cinéma L'Eden Studio, en lien avec Le Dernier des Hommes, film muet de F.W Murnau tourné dans les années 20. Une belle introduction à ce ciné-théâtre imaginé et mis en scène par Patrick Ponce (Cartoun Sardines Théâtre), qui donnera voix au personnage du vieux portier d'un grand hôtel, reléguée au nettoyage des lavabos. Héritant de la fortune d'un client qui décède dans ces lieux d'aisance, il revient à l'hôtel en tant que client. J'ai un souvenir assez vague de ce film (cela remonte à mes études de cinéma à la fac, autant dire une éternité) mais je me souviens que ce personnage était extrêmement touchant et attachant, même dans ses moments les plus ridicules. En multipliant les dialogues avec les musiciens bruiteurs, l'ambition affichée par le Cartoun Sardines Théâtre n'est pas seulement de "doubler, d'accompagner ou d'illustrer mais de raconter et de transcender l'histoire du film." Une belle soirée en perspective, le vendredi 16 février à 20h30, au théâtre du Briançonnais. 

 

Réservation en ligne ou au 04 92 25 52 42.

Lire la suite

Février au Théâtre La Passerelle

C'est beau une scène en attente des artistes, vous ne trouvez pas ? Là nous attendions Mélanie de Biasio et ses musiciens et nous n'avons pas été déçue, bien au contraire. Mais on s'est dit en sortant que certains parmi ceux qui ne connaissaient pas son univers musical, si particulier et unique, avaient pu être déroutés et ne pas se laisser emporter par la magie de l'instant. J'en ai eu certains échos. Comme quoi parfois, il est bon de s'intéresser à une artiste avant d'aller la voir et l'entendre...

 

Notre prochain rendez-vous sera Conférence de Choses, le 7 février à l'Usine Badin. Mais auparavant, c'est un jazz vocal explosif, avec Hildegard Lernt Fliegen, sextet mené par Andreas Schaerer et l'orchestre régional de Cannes, qui s'invite sur la scène de La Passerelle avec The Big Wig le samedi 3 février. 

Lire la suite

Chronique en vrac #10 : Janvier ton sort

J'ai peiné les ami-es à trouver une photographie pour illustrer le titre de cette nouvelle chronique en vrac. Et puis lasse de chercher, j'ai choisi celle-ci, je ne suis pas certaine qu'elle ait un lien, nous verrons bien. Mais j'aime bien l'étrangeté de cet instantané, cette bâtisse d'un village dont j'ai oublié le nom, traversé en car fin décembre. Un long trajet sur les routes enneigées entre Clermont-Ferrand et Mauriac, avec bourrasques de neige et de vent. L'aventure est au bout du chemin. 

 

Mais revenons au titre, sous forme de calembour,  le premier d'une litanie des mois de l'année, mais qui dans mon souvenir pourrait s'apparenter à une comptine car elle vient de mon arrière grand-mère maternelle, qui la tenait peut-être de sa mère... Comme je suis curieuse, j'ai questionné l'ami Google qui m'a donné quelques pistes. 

Lire la suite

Mélanie de Biasio à La Passerelle et le 1er WEM du Festival de Chaillol

Mélanie de Biasio, concert, Théâtre La Passerelle, Gap
Mélanie de Biasio, crédit photo : Alexandra Ionescu

La semaine prochaine sera musicale et je m'en réjouis. Non pas que la musique soit absente de notre quotidien, mais assister à un concert ou à un spectacle est toujours un moment privilégié, de partage et d'émotions, dont je ne pense pas me lasser un jour.

Lors de la présentation de la saison du Théâtre de La Passerelle en juin dernier, l'amoureux était d'accord pour que je prenne un abonnement à la condition que l'on puisse assister au concert de Mélanie de Biasio. Bon, il n'avait guère à me convaincre tant son désir était partagé. 

Il se trouve que cette même semaine débute en fanfare les Week-Ends Musicaux du Festival de Chaillol avec le Prestige Brass Quartet, des cuivres en quatuor, qui suscite ma curiosité. 

Lire la suite

Pour lire la suite des articles publiés, rendez-vous dans la rubrique ARCHIVES.