Chronique en vrac #6 : Valentine de Saint-Point

Je l'avais mentionné dans cette chronique là, avec l'affiche du colloque reçue dernièrement et le programme des festivités, la préparation de mon intervention est devenue une réalité et une nécessité. 

 

J'ai donc profité de ma longue semaine de congé pour me replonger dans mes notes, mes bouquins sur l'histoire du Moyen Orient, sur le mythe de l'Orient, sur le contexte géopolitique à l'arrivée de Valentine de Saint-Point au Caire fin 1924. Ça tourbillonne dans ma tête, ça se précise tout en étant encore un peu flou dans un mélange d'excitation, de stress et de plaisir surtout, qu'un colloque universitaire mette en lumière différentes facettes de la vie artistique, littéraire et politique de cette femme. 

 

Je ne saurais dire à quelle date précisément elle est apparue dans ma vie. Mais c'est à la lecture de l'essai de Malek Chebel, Du Désir, que j'ai découvert son existence. Elle y était citée pour avoir écrit Le Manifeste Futuriste de la luxure en janvier 1913. Ce fut le début d'une longue recherche pour en savoir plus. 

Lire la suite

Les chroniques du potager : saison 2017 #1 (mars - avril)

Ce rendez-vous du printemps, on l'attend patiemment depuis maintenant quatre ans. Plaisir renouvelé de retrouver le potager, le grand air, la terre. De la préparer et de l'ensemencer. 

 

C'est d'autant plus vrai cette année, avec le travail à plein temps, les prises de tête qu'il occasionne et l'enchaînement corollaire de petits soucis de santé. Ne pratiquant ni yoga, ni méditation, ni sport (à part la marche à pied), cultiver le jardin est définitivement l'activité nécessaire pour éviter le pétage de plomb. Sans parler de l'actualité, d'une campagne présidentielle qui sent la fin d'une ère, sans qui rien de réjouissant ne se dessine à l'horizon. A part #MAVOIX peut-être, mouvement que je suis mais sans m'y impliquer réellement. Mais revenons à la terre, aux graines, aux semis et aux plantations.

 

Lire la suite

Petit aperçu à chaud du salon Artisan'Art

Point de procrastination (pour une fois). De retour du salon Artisan'Art, qui se tenait au Quattro ce week-end dans le cadre des Journées Européennes des Métiers d'Art, j'avais envie de vous livrer quelques photographies de créations artisanales qui m'ont particulièrement plu.

 

Je suis un peu comme les enfants qui éprouvent le besoin immédiat de porter un nouveau vêtement. C'est pourquoi je ne résiste pas à mettre en première page cette lampe créée par Lux Lignum sur laquelle j'ai craqué et que j'ai donc acheté. Elle est unique, comme toutes les créations de cet atelier qui conçoit mobilier, luminaires et objets de décoration à partir de branches, racines et pièces de bois trouvées dans la nature. La démarche est belle, j'y reviendrai. 

Lire la suite

Que se passe t-il en avril à La Passerelle et au théâtre du Briançonnais ?

Théâtre La Passerelle, Dark Circus, Stéréoptik, concert dessiné
Dark Circus de Stéréoptik

J'avais pris l'habitude de présenter quasiment tous les mois le programme du théâtre La Passerelle, mais il est bon de bousculer les habitudes et avouons-le, j'ai du mal à m'y tenir, donc ce qui suit va concerner la première partie du mois d'avril. 

 

Et comme je reçois la programmation du théâtre du Briançonnaistout aussi intrigante et alléchante. Et bien j'avais envie de vous en parler. 

 

On commence avec Dark Circus, le nouveau spectacle de Stéréoptik. Concert dessiné, dessin et musique, l'histoire d'un cirque qui prend vie sous nos yeux. Regardez.

 

Lire la suite

Chronique en vrac #5 : Tiens voilà le printemps !

J'aurais pu choisir une photo de notre Forsythia en fleur, flamboiement de jaune, pour célébrer le printemps. Mais de fait il est ici et les jolies primevères sont quand même les premières à annoncer son arrivée. 

 

Rien de bien neuf du côté de la gestion de mon temps de travail, salarié et perso (mon dernier billet datant du 28 février...), alors je profite d'une petite convalescence post-opératoire pour poser ici le plaisir de retrouver cette saison synonyme de renouveau, de lumière, de douceur et de retour au potager. 

 

J'ai ressorti le cahier mais pas encore tracé le nouveau plan, j'ai des envies de nouvelles plantations et j'ai hâte d'y retourner. 

 

Lire la suite

Une invitation au voyage : Tricots & Pulls marins de Luce Smits

Ce livre je l'attendais depuis un moment. Il est arrivé fin janvier et je l'ai évidemment tout de suite feuilleté, me régalant d'abord de la beauté des photographies, à l'image de cette couverture que l'on a envie de caresser.  La beauté de la laine, la magie des points et du tricot marin nous invitent à un voyage qui mène donc de la mer du nord à l'océan atlantique. Et puis j'ai dû le laisser de côté, faute de temps pour tricoter.

 

Lorsque je me suis remise au tricot il y a un peu plus d'un an, j'avais en tête (et j'ai toujours) la réalisation d'un pull irlandais. Je me faisais alors toute une montagne des torsades, qui sont finalement plus simples à réaliser que certains points. Mais surtout je n'avais en tête que l'Irlande, sans imaginer la richesse et la diversité des points et modèles de tricots liés aux différentes côtes de l'Angleterre et de l'Ecosse, ou encore leur histoire. 

 

Ce livre, Tricots & Pulls marins, De la mer du Nord à l'océan Atlantique, de Luce Mits aux Editions de La Martinière vient combler cette lacune et me donne des envies de pulls marins. Un brin de nostalgie des rivages et embruns de la Côte d'Opale peut-être... ou simplement mon admiration face au caractère indémodable de ces tricots de caractère. 

Lire la suite

Chronique en vrac #4 : de l'hiver au printemps

Ça faisait un bail que je n'étais pas allée chez mes beaux-parents et que je n'avais pas mis les pieds dans le potager familial. Qui se repose et j'en ferais bien autant. Il y a, épars, quelques repousses de cébettes, mangeables ou non, nous verrons bien. La douceur de l'air, le retour des oiseaux, les premiers bourgeons, y'a pas de doute, le printemps s'annonce. Assise sur le banc au soleil, à regarder cette terre vierge, je me suis dit qu'il était temps que je commande des graines pour faire quelques semis. Bientôt, je ressortirai le cahier du potager pour tracer un nouveau plan et cette perspective m'enchante. Le retour à la terre sera une fois encore ma soupape de décompression, les moments où j'oublie tout et où mon cerveau se met en veille. 

 

Et si vous vous demandez si j'ai réussi à régler ce problème de gestion du temps. Et bien le fait de me choper un rhume carabiné accompagné d'une petite bronchite m'a permis de relativiser un peu. 

Lire la suite

Récital de violoncelle solo de Noémi Boutin au Festival de Chaillol

Festival de Chaillol, week-end musical, Hautes Alpes
Illustration de Pascal Colrat

Comme je le pressentais mi-janvier, allier un job à plein temps avec des publications régulières sur ce blog allait relever du challenge... Néanmoins je ne vous oublie pas, loin de là. 

 

Et si vous vous étonnez que je vous parle début février de concerts qui auront lieu à la fin du mois, c'est pour que vous ne vous trouviez pas dépourvus quand le temps sera venu. Je m'explique. J'ai eu la chance dimanche dernier d'assister au dernier concert de Aksak dans le cadre du premier week-end musical du Festival de Chaillol. Le concert était magnifique, la salle était pleine et nombre de personnes qui n'avaient pas réservé et qui étaient sur liste d'attente n'ont pu y assister. Voilà pourquoi, si vous ne voulez pas manquer le second, je vous invite à réserver vos places dès maintenant. 

 

Ce deuxième week-end musical accueille la violoncelliste Noémi Boutin pour un récital solo autour des Suites pour violoncelle seul de Benjamin Britten et celles de Jean-Sébastien Bach, qui les ont inspirées, deux pièces récentes de Lior Navok et Jean-François Vrod complétant ce programme.

Lire la suite

Chronique en vrac #3 : Comment gérer son emploi du temps...

Je vous préviens d'entrée de jeu, ne vous attendez pas, en cette fin de journée dominicale, à une réponse ou méthode pour gérer le temps - de travail, de loisir, de glandouille... - puisque je m'interroge moi-même sur la manière dont je vais gérer le mien dans les mois qui viennent. 

 

Pourquoi cela (j'entends vos interrogations) ? Et bien parce que j'ai commencé en ce début d'année une mission au Musée Museum Départemental des Hautes Alpes, pour une période de 5 mois. Notez bien que j'en suis ravie mais cela bouleverse quelque peu mon mode de fonctionnement de freelance. Un mode où je m'octroyais du temps pour cuisiner / pour tricoter / pour bouquiner, quand j'en avais assez d'être rivée à mon ordinateur. Et évidemment, c'est quand on a moins de temps que l'on mesure celui que l'on avait précédemment et qu'on aurait pu optimiser un peu plus. Me plaindre serait de mauvais goût et je mesure parfaitement la chance que j'ai. Il faut juste que j'arrive à m'organiser pour continuer à publier ici régulièrement, à maintenir ces activités qui me sont nécessaires et à préparer mon intervention à un colloque universitaire, en mai, sur Valentine de Saint Point.

Lire la suite

Que nous offre le Théâtre La Passerelle en janvier ?

Ne dérogeons pas aux bonnes habitudes et allons voir de plus près ce que nous propose le Théâtre La Passerelle pour ce mois de janvier : quatre nouveaux spectacles dont une création, un ciné-concert électro, du cirque et le mariage du jazz et de la Commune de Paris. 

 

Commençons par la loufoquerie philosophique, intitulée Petite conférence de toutes vérités sur l'existence, co-produit par La Passerelle, et librement adapté par Sébastien Valignat du texte presque éponyme de Fred Vargas. De cette auteure, je ne connais que les romans policiers (étant fan du commissaire Adamsberg) et j'avoue que son traité, qui se propose de résoudre l'ensemble des difficultés que posent l'amour, l'art, la philosophie, la guerre, la religion, le sens de la vie..., m'intrigue.

 

Jugez plutôt : "L'humanité est dans le pétrin. Ce n'est pas nouveau certes, mais ce n'est pas une raison pour laisser le pétrin s'installer durablement et il serait grand temps que cela s'arrête. Aussi puisque moi seul semble conscient de la responsabilité qui nous incombe, alors moi seul je prends la route et je vous torche l'essentiel de ce qu'il faut savoir dans la vie pour se démerder parmi les multiples qu'elle s'ingénie à nous jeter à la face (...)" nous disent Fred Vargas et Sébastien Valignat. Le texte est paru en 2001, mais je suis d'ores et déjà certaine qu'il est toujours, et sinon plus encore, d'actualité. 

 

Je ne sais pas ce qu'il en est pour vous, mais moi ça me donne envie d'y aller et d'écouter le conférencier imaginé par Sébastien Valignat, de la Cie Cassandre, qui sera en résidence du 2 au 10 janvier à l'Usine Badin. Il y a d'ailleurs, pour ceux et celles que ça intéressent, un apéro-répet à 19h le jeudi 5 janvier (gratuit sur réservation au 04 92 52 52 52). Et pour le spectacle, c'est du 11 au 17 janvier (relâche le 15) à 19h, toujours à l'Usine Badin.

Lire la suite

La coupe de cheveux énergétique chez Profil de Soi (Gap)

Je voulais vous en parler plus tôt, mais bon c'était Noël, les fêtes de fin d'année, les vacances (pour certains), bref j'avais autre chose en tête que d'inaugurer, enfin, cette rubrique Bien Être. Si je commence par la coupe de cheveux énergétique et vibratoire, c'est parce que depuis plus de deux ans, je m'en remets aux mains expertes de Florence Plantade qui dirige le salon Profil de Soi et pratique cette coupe un peu particulière. Et aussi parce que ça a changé pas mal de choses dans mon rapport à mes cheveux. 

 

On a toutes et tous une relation particulière avec la personne à laquelle on confie notre tête. Comme tout le monde, je suis passée par plein de phases, styles, colorations, avant de m'accepter telle que je suis. Mais c'est vraiment en pratiquant la coupe de cheveux énergétique au rasoir que j'ai pris conscience de la manière dont fonctionnaient cheveux et cuir chevelu. Et que j'ai pu apprécier la résonance physique de l'onde vibratoire donnée par le rasoir et les bienfaits qui en résultent. (En cliquant sur Lire la suite, vous aurez droit à un selfie, c'est suffisamment rare pour être mentionné).

Lire la suite

Bonne année 2017 !!!

Lire la suite

Chronique en vrac #2 : c'est l'hiver, c'est Noël...

Ce billet n'est pas sponsorisé par la Poste (même si j'aurais bien aimé). Mais quand vous avez de la famille éparpillée un peu partout en France et que cette année vous avez décidé d'envoyer des colis, avec cadeaux et paniers garnis de produits faits maison, la Poste est votre meilleure alliée (enfin j'espère).

 

Hier c'était le solstice d'hiver. J'ai terminé avec ces derniers colis, le planning "expédition". Reste celui de la pâtisserie. Et entre les deux, écrire quelques articles. Vous parlez d'une jeune artiste lumineuse, du programme de janvier de La Passerelle, d'une créatrice qui tient boutique à Gap jusqu'au 31 déc...

 

Au fait, savez-vous pourquoi cette chronique est dite "en vrac" ?

 

Lire la suite

Entrez dans l'univers de la boutique P'ti Gibus and Co (Gap)

Boutique P'tit Gibus and co, jouets, univers enfant, Gap, Hautes Alpes
Boutique P'tit Gibus and co à Gap

Ça va faire une semaine que la boutique pour enfants P'ti Gibus and Co a ouvert, dans le centre ville de Gap, rue Pasteur. Un timing parfait en cette période de quête de cadeaux de Noël ou si vous avez à faire un cadeau de naissance ou encore si vous êtes en train de planifier une fête d'anniversaire (on ne sait jamais). Parce que P'ti Gibus and Co est THE adresse, si vous cherchez des jouets et accessoires différents pour les enfants et que vous ne trouverez nulle part ailleurs à Gap.

 

C'est via le compte Instagram de La Gazette que Cécile Ancel, jeune maman fan de crochet, couture, mode et tricot, m'a contactée, m'invitant à découvrir la boutique qu'elle venait d'ouvrir. J'ai bien aimé ce premier contact virtuel et je me suis donc empressée de passer au réel.

 

Je vous préviens, rien qu'en passant devant la vitrine, vous avez envie d'y entrer. Et une fois à l'intérieur, c'est un peu comme un retour en enfance. On a envie de tout toucher, de s'attarder sur chaque jouet, chaque objet. Une belle sélection, gaie et colorée, qui mêle des rééditions de jouets anciens avec ceux de marques et éditeurs français et européens. Prêt pour la visite ?

Lire la suite

En visite au Marché de Noël de Gap - 3ème partie - Place Gavotte

Gabriel Amar, éleveur de chèvres Angora, confection, Marché de Noël, Hautes Alpes
Echarpes, bonnets, plaids, gants... Ferme de Gabriel Amar

Après la 1ère et la 2ème partie que vous avez dû lire (comment ça non !), voici donc la 3ème et dernière visite des stands du Marché de Noël de Gap, situés sur la jolie Place Gavotte. Je commence par celui de Gabriel Amar, éleveur de chèvres angora à Saint Laurent du Cros, parce que je suis une accro de la laine, de la belle laine, qui m'attire comme un aimant (je vous en ai déjà parlé ici). 

 

Je n'ai donc pas résisté à l'envie de toucher, caresser, déplier les écharpes et plaids en mohair, dont certaines couleurs sont magnifiques. A me dire que des paires de chaussettes seraient une bonne idée de cadeaux, ou bien encore ces bonnets, gants, chaussons pour enfants...

 

Et j'ai aussi pris un grand plaisir à discuter avec Gabriel de cette filière du Mohair en France qui a commencé à s'organiser au début des années 80. C'est une petite filière qui regroupe 140 éleveurs pour un cheptel de 7000 bêtes et qui produit environ 16 tonnes de laine par an. Gabriel fait partie de l'Association Mohair des Fermes de France qui garantit l'origine et la qualité des produits. Si la plupart de ses produits proviennent de la Sica Mohair, qui assure pour le compte des éleveurs la transformation de leur laine, d'autres ont été crochetés ou tricotés par sa soeur. Inutile de vous dire que je vous conseille vivement de visiter son stand. 

Lire la suite

En visite au Marché de Noël de Gap - 2ème partie - Place aux Herbes

Stand Santons Campana, Marché de Noël de Gap, Hautes Alpes
Santons Créatifs Campana

Après la Place Jean Marcellin, direction Place aux Herbes en prenant la rue du Mazel (appelez-moi Google Maps), pour la deuxième partie de notre visite du Marché de Noël de Gap. 

 

On la débute avec les Santons Campana, fabriqués à Aubagne, qui offrent une multiplicité de personnages bibliques, animaux, et accessoires pour peupler votre crèche. Mais pas seulement, car les santons de Provence apparus au XIXème siècle, étaient une représentation en terre cuite des personnages de la Nativité mais aussi des différents petits métiers provençaux.

 

Depuis près de 20 ans, Stéphane Campana perpétue cette tradition et ce savoir-faire, en façonnant et fabriquant à la main ses santons en argile. Ils peuvent être simplement peints, mais aussi habillés de costumes inspirés des vêtements d'époque. Et si vous n'êtes pas très crèche, vous pouvez très bien choisir d'offrir un poulailler, une boulangerie ou autres métiers, pour construire un village avec ces santons créatifs. 

Lire la suite

En visite au Marché de Noël de Gap - 1ère partie - Place Jean Marcellin

Stand Châtaigne d'Ardèche, Julien de la Rocca, Marché de Noël de Gap, Hautes Alpes
Châtaignes d'Ardèche, Julien de la Rocca

Comme tout le monde, je suis en mode recherche d'idées de cadeaux (j'en ai même fait un challenge quotidien sur Instagram et Facebook) et quoi de mieux que d'aller en puiser au Marché de Noël de Gap. Comme il dure jusqu'au 24 décembre, l'option achat de dernière minute est possible, mais c'est moins rigolo que de prendre le temps de regarder, de réfléchir au cadeau qui fera plaisir et de discuter avec les artisans présents. 

 

J'aurais pu choisir une vue d'ensemble des chalets avec les lumières de Noël. Mais je préfère attaquer direct avec les Châtaignes et Délices d'Ardèche de Julien de la Rocca, premier stand sur lequel je me suis arrêtée dimanche matin. Très certainement parce que le goût de la farce aux marrons est associé dans ma mémoire à Noël (même si je n'en mange pas à chaque fois).

 

Histoire de ne pas me compliquer la vie, je vais suivre l'ordre des stands visités. Et comme je souhaite accorder une juste place à tous, ce sera en trois partie, pour les trois places sur lesquelles est réparti ce marché. Première étape, place Jean Marcellin

Lire la suite

La boutique de délices d'Anne-Lise Signouret, artisan chocolatier (Gap)

Vous aimez le chocolat, le bon chocolat artisanal, les ganaches fondantes aux parfums subtils, alors vous êtes à la bonne adresse. On m'avait déjà vanté la qualité des chocolats d'Anne-Lise Signouret, j'ai donc été ravie de faire sa connaissance sur le salon Les Femmes d'abord le week-end dernier. Et encore plus de lui rendre visite dans sa boutique / atelier qui fleure bon le chocolat, évidemment. 

 

Cette chocolaterie qui fêtera ses trois ans en février prochain, c'est l'histoire d'une passion, d'une reconversion et d'une amitié qu'Anne-Lise m'a racontée entre deux clients. Et cet ours polaire si mignon qu'on hésiterait presque à y toucher jusqu'à ce que l'on croque dedans, a été créé spécialement pour ces fêtes de fin d'année.  C'est joli l'idée d'offrir un ours à Noël, non ?

 

Lire la suite

Les bijoux vagabonds de Tcé-Tcé

Tcé-Tcé, bijoux fantaisie, créations, pièces uniques,
La roulote de Tcé-Tcé au marché de Gap - photo Céline Besson

Serait-ce le mois de décembre qui approche, la quête d'idées de cadeaux ou une réponse à donner à la question rituelle : tu veux quoi pour Noël ? Un peu de tout ça et le fait est que samedi dernier, alors que je passe depuis des années devant la roulote de Tcé-Tcé au marché de Gap, j'ai pris (enfin) le temps de m'y arrêter. C'est peut-être aussi parce que l'on se suit sur Instagram et que j'aime l'univers qui transparait dans ses publications et ses bijoux, décalés et vagabonds, comme elle les définit si bien.

 

Cela fait dix ans que Céline confectionne à la main, dans ce que j'imagine être un cabinet de curiosité, des pièces uniques et des petites séries qui mêlent éléments anciens et chinés avec des pierres fines, du verre, du coton ou même du végétal. Les inspirations sont multiples et pleine de poésie.

Lire la suite

Résidence de l'artiste Djob à la Mine du Fournel (retour en images)

Résidence d'artiste, Djob, Mine du Fournel, Hautes Alpes
Djob - Triptyque - Mine du Fournel

C'est une chose de vous informer d'un évènement artistique, c'en est une autre d'aller découvrir in situ le travail de l'artiste. Ayant eu l'occasion de descendre à la Mine du Fournel lundi matin en compagnie de l'artiste Djob, je reviens une dernière fois, en images, sur cette résidence co-organisée par l'association Ethno-Logique et la Mine d'Argent du Fournel

 

Dans ce projet, intitulé La Mine du Cthulhu, Djob s'est inspiré des oeuvres de l'américain H.P. Lovecraft, du lieu, de son histoire et de son atmosphère si particulière, en lien évidemment avec son univers et travail de street artist. Réalisés in situ pendant sa résidence, ses quatre triptyques s'inscrivent admirablement dans les espaces choisis. Ils font corps avec les formes, les ombres et les textures et couleurs de la roche.

 

C'est à la fois beau et étrange. Comme il est étrange de déambuler ainsi sous terre, dans ces galeries façonnées par les hommes au cours des siècles, et de tenter d'imaginer leur labeur quotidien. Cette vie dans la pénombre à extraire du minerai. Respect.

Lire la suite

Connaissez-vous le réseau ELLEA - Entrepreunariat féminin ?

ELLEA, acronyme de "Elles Entreprennent dans les Alpes", est une association née en novembre 2014 et un réseau solidaire d'entrepreneuses. C'est bien évidemment via   sa page Facebook que j'ai pour la première fois entendu parler de cette association. Je n'en suis pas encore membre mais ça ne saurait tarder parce qu'il est important, voire nécessaire, de pouvoir échanger, partager nos difficultés d'entrepreneuses et s'entraider dans une écoute et une bienveillance qui n'exclut pas, loin de là, la convivialité et les bons moments. 

 

Je m'en suis rendue compte en participant à un "after work" en octobre, où j'ai rencontré quelques-unes des 40 adhérentes du réseau. Je connaissais déjà la présidente de l'association dont j'avais pu apprécier l'énergie et l'implication. Le projet Femmes des possibles qui se déroule actuellement dans le quartier du Haut-Gap, avec le soutien de la mairie de Gap dans le cadre du contrat de ville 2016-2020, offre un exemple concret de ce que ELLEA peut proposer comme action de sensibilisation à l'entrepreunariat féminin. Et comme il y a de fortes chances que cette action soit reconduite dans d'autres quartiers de Gap l'année prochaine, ça valait bien un petit focus. 

Lire la suite

Chronique en vrac #1 : c'est beau l'automne mais...

Oyez lecteurs, lectrices, je ne sais pas comment vous vous sentez en cet mi-novembre mais moi je suis FATIGUÉE ! Voilà, c'est dit. Pas forcement super vendeur mais cela explique en partie mon manque d'assiduité à écrire et publier. 

 

Il parait que c'est normal, cette baisse d'énergie. L'hiver approche, on le sait, on le sent, malgré le flamboiement des couleurs automnales. Et quand le corps s'y met, en mode mini-infections, la tentation du repli est grande (et la culpabilité de remettre à plus tard aussi). 

 

Bref, je suis fatiguée et il est plus que probable que les informations diffusées via les newsletters que je reçois et les fils d'actualités sur les réseaux sociaux y contribuent aussi. Comme la concomitance de l'élection de Donald Trump et de la disparition de Léonard Cohen.

Lire la suite

L'artiste DJOB investit la Mine du Fournel jusqu'au 25 novembre

Mystérieuse cette silhouette dans la pénombre d'une des galeries de la Mine d'argent du Fournel. C'est celle de DJOB, artiste et graffeur, invité par l'association Ethno-Logique en partenariat avec la municipalité de l'Argentière-La Bessée, à transposer le temps d'un projet, son expérience de la culture urbaine et son univers dans un monde souterrain et industriel. 

 

Je vous avais déjà parlé d'Ethno-Logique lors de l'exposition Chimères Urbaines, mais pas assez néanmoins de leurs activités qui participent à la préservation du patrimoine culturel et à la valorisation des sites patrimoniaux, notamment en invitant des artistes à s'y exprimer. Ce nouvel évènement artistique et culturel en témoigne. Il dure jusqu'au 25 novembre et des visites sont proposées au public. Si vous souhaitez des renseignements sur les dates et les horaires, c'est ici : 04 92 23 02 94.

 

Lire la suite

Le marché aux fruits anciens d'Orpierre

Depuis que j'ai posé mes valises dans les Hautes Alpes, je n'avais jamais réussi à aller au marché des fruits anciens d'Orpierre. Toujours à vagabonder ailleurs, mais cette année fut la bonne. Qui plus est le temps samedi dernier était splendide, en témoigne le bleu du ciel, idéal pour découvrir cette 15ème édition organisée par l'Association Fruits Anciens de l'Orpierrois

 

Je n'apprendrais rien à ceux qui sont des habitués de ce marché, mais cela donnera peut-être envie à d'autres de s'y rendre l'année prochaine. Quant au joli village d'Orpierre, les aficionados de l'escalade le connaissant forcement pour les falaises qui l'entourent et sa Via ferrata. Escalader ce n'est pas mon truc, par contre j'aime les marchés, la découverte de nouveaux producteurs et m'instruire au passage sur les variétés de pommes et poires anciennes ou la fabrication des pistoles

Lire la suite

Les rendez-vous de novembre du théâtre La Passerelle

Théâtre La Passerelle, Dites à ma mère que je suis là, Cie Etat d'Urgence, Affiche
Dites à ma mère que je suis là

Haut les coeurs !

Ça c'est parce qu'aujourd'hui beaucoup de choses m'énervent, un jour où l'humanité me désespère, un peu, beaucoup...

Et qu'encore une fois c'est par l'art que revient l'espoir, en feuilletant le programme de novembre de La Passerelle. Il est riche, éclectique, invitation à différents voyages, migratoire, au bout de la nuit, sur les traces d'Ulysse (qui nuirait gravement à la santé), musicale avec l'intriguant : passage : d'Otillie (B) ou Comme je l'entends de Benjamin Dupé. Alors ouvrons nos yeux, nos oreilles et nos coeurs et partons ensemble à la découverte de ces spectacles.

Lire la suite

Les chroniques du potager : saison 2016 #11 (octobre)

Potager, Gap, Hautes Alpes, choux Romanesco, panais
Choux Romanesco et panais

J'étais partie pour inaugurer une nouvelle rubrique consacrée au bien-être mais je me suis ravisée vu mon état un peu faiblard (syndrome du lundi...). Mal de tête et cette sensation que l'on connait tous du rhume qui aimerait bien prendre ses aises, donc pas l'idéal pour parler de bien-être.

 

Du coup, voici ma dernière chronique du potager pour cette saison 2016, parce que bon, c'est bien la fin. A part quelques panais qui peuvent rester en terre tant qu'il ne gèle pas et des choux Romanesco prêts à être récoltés, il ne reste plus rien, sinon les parcelles que l'on retournera une dernière fois avant l'hiver. Cette année encore, le bilan est positif, avec quelques ratés parce qu'il en faut bien. 

Lire la suite

La Disparition, magie d'une déambulation urbaine et mystérieuse

La Disparition, Théâtre la Passerelle, Saison 2016/2017, Begat Theatre, Gap
La Disparition, Begat Theatre

Là encore je m'incline, après avoir vécu samedi dernier cette déambulation urbaine pleine de mystères, conçue par la compagnie Begat Theatre et proposée par le théâtre La Passerelle.

 

Qu'est donc devenue Carlotta Valdez, écrivain de polars à succès, disparue alors que son éditeur attendait la livraison de La Disparition, son dernier opus au titre prémonitoire. Après une heure et demi d'enquête dans les rues de Gap, à suivre la trace de ses derniers mouvements et apparitions, à recouper les informations et indices qui m'ont été donnés, j'ai bien ma petite idée. Et j'en sais un peu plus sur Carlotta et peut-être sur moi-même, tant la mise en abime et le rapport ténu entre fiction et réalité que proposent cette expérience a quelque chose de vertigineux. 

Lire la suite

Comment devenir Légumivore grâce à Tommy Myllymäki

Légumivore, Tommy Myllymäki, Editions Marabout, recettes, cuisine, légumes
Le lutrin, c'est super pratique quand on cuisine ;-)

Et grâce aussi à ma mère qui m'a offert Légumivore pour mon anniversaire. Ce livre de recettes de Tommy Myllymäki, chef suédois pas encore quadra mais déjà récompensé d'un Bocuse d'Argent en 2011, fort actif et connecté (2 restaurants, une émission de TV, des livres de recettes et près de 45 000 abonnés sur Instagram où il s'exprime en anglais, contrairement à son site et sa page Facebook tout en suédois), et qui est devenu ma bible cuisine du moment (aux Editions Marabout).

 

Tommy adore les légumes, moi aussi, on était fait pour se comprendre. Tous les légumes ne s'y trouvent pas, car il a retenu ses favoris, ceux qu'ils cuisinent chez lui, les saveurs proposées dans ses restaurants, bref les recettes vers lesquelles il revient régulièrement. Et ce qu'il y a de vraiment bien (à part le goût et les saveurs), c'est qu'elles sont simples à réaliser !

Lire la suite

Sur Ton Dos, balade acrobatique et acte poétique à la Petite Céüse

Où comment devenir accro en l'espace de quelques heures des Curieux de Nature proposés par le théâtre La Passerelle. Je ne vais pas revenir sur ce que j'ai écris ici sur les Curieux de Nature, mais tenter de relater ce que j'ai vécu samedi dernier, en fin de journée, sur le chemin de la Petite Céüse. 

 

Volontairement, je n'avais pas regardé la vidéo "Sur Ton Dos" qui fut le point de départ de cette aventure. L'évidence pour Philippe Ariagno,  directeur du théâtre, de proposer à Frédéri Vernier et Justine Berthillot d'investir un espace naturel des Hautes Alpes et de l'habiter de leur présence acrobatique. Pour les avoir rencontrés la veille de la Générale, enthousiastes, excités et en même temps plein de questionnements, j'en savais assez et je n'avais pas besoin d'images. Mais j'en ai maintenant, de cette balade acrobatique et poétique, et il est fort possible qu'en refaisant un jour le chemin qui mène au plateau de la Petite Céüse, j'ai des visions de leur présence.

Lire la suite 0 commentaires

Les biscuits de la joie d'Hildegarde de Bingen

Parce qu'on m'a demandé sur Instagram à quoi ressemblait ces biscuits et parce que le temps automnal se prête bien à ces douceurs, voici donc la recette des biscuits de la joie attribuée à Hildegarde de Bingen. Si l'on connait de cette religieuse bénédictine du XII ème siècle deux ouvrages médicaux et une connaissance approfondie de la pharmacopée, de l'utilisation des simples et des minéraux, je doute qu'elle ait réellement laissé cette recette. Mais l'histoire est ainsi faite qu'il suffit qu'une personne attribue un jour un fait à quelqu'un pour qu'il devienne vérité historique... 

 

Ceci étant, ces biscuits sont effectivement délicieux et le mélange d'épices, de miel, de sucre roux et de farine d'épeautre (dont elle fut pour le coup grande prêtresse) est particulièrement réjouissant au palais. Apportent-ils de la joie ? Sans doute, comme tout menu plaisir que l'on sait apprécier à sa juste valeur. A la maison, on en est fans, et voici la recette, simple à réaliser.

Lire la suite

Pour lire la suite des articles publiés, rendez-vous dans la rubrique ARCHIVES.