Exposition Martin Galtier à la Maison du Berger

Vue de dos, Martin Galtier 96
Vue de dos, Martin Galtier 96

 

Et si vous preniez la route jusqu'à Champoléon dans le Champsaur et La Maison du Berger pour visiter l'exposition de Christian Martin Galtier - Antonin, berger, simple soldat.

 

Antonin, grand-père de l'artiste, était berger dans la plaine de l'Huveaune près de Marseille. Christian Martin Galtier a choisi, quant à lui, de vivre dans la vallée du Champsaur, où il a développé une oeuvre en prise avec la contemporanéité des modes de vie et des paysages de ce territoire d'adoption. Territoire pastoral, transhumance, mémoire familiale et le mouton, un des thèmes obsessionnels qui traverse son oeuvre, comme un rappel de la présence de ce grand-père. 

 

 


Cette exposition, je l'ai vu lors du vernissage il y a déjà un bail et il faudra que j'y retourne. Parce que c'était la première fois que je me retrouvais face au travail de Martin Galtier, et que comme toute oeuvre, elle ne s'appréhende pas en un seul coup d'oeil.

 

D'abord il y a le support. Hormis des dessins à l'encre, pastels ou crayons sur papier et carton, Martin Galtier travaille principalement avec des chiffons provenant d'élèves d'ateliers de peinture et qui portent déjà les traces d'un premier exercice. Des couleurs vives ou plus sombres, une première trame sur laquelle s'enchevêtrent des signes figuratifs qui chamboulent le regard et la lecture. On ne sait pas forcement par où commencer, en haut en bas, à droite à gauche. Le titre parfois aide à construire l'histoire mais finalement quelle importance. Car tout est là. Antonin et Victorine, les prés, les brebis, le cheval, la charrette, la guerre - des taxis de la Marne au Front Populaire -la faux..., des bribes de mémoire sur lesquelles se construit le souvenir. C'est touchant, plein d'humour aussi et de tendresse.

 

Et puis il y a les Lettres posthumes de Paul Klee à Polka écrites par Guillaume Lebaudy (qui dirige la Maison du Berger) et que j'ai particulièrement aimées. Il s'y raconte, dans cette rencontre imaginaire entre Paul Klee et Martin Galtier, un peu de l'artiste et de l'histoire de son grand-père, la genèse et la mise en place de l'exposition. Et une résonance évidente entre le travail de ces deux artistes. 

 

Je n'irais pas plus loin. Car libre à vous d'aller découvrir cette exposition, réalisée avec le concours du Musée Museum Départemental des Hautes Alpes. Mais je vous y encourage vivement. Et si vous ne connaissez pas encore la Maison du Berger, c'est l'occasion rêvée. 

 

Toutes les informations pratiques sont là

 

Bonne balade et bonne visite !