Mes dessins de Pascal Colrat (Christmas presents)

Je me souviens d'une époque lointaine, celle de l'enfance, où l'on aimait savoir ce que le père Noël avait apporté aux uns et aux autres comme cadeaux. Cette question, je la pose maintenant à mes petites nièces. Quant à celle récurrente - à savoir qu'est-ce que tu veux pour Noël - j'avoue que souvent (à part des livres), je n'en ai pas la moindre idée. Non pas que je ne désire rien, mais finalement je désire peu. 

 

Ce dernier Noël aura été différent, car j'ai pu m'offrir grâce à des parents généreux deux dessins de Pascal Colrat. Le premier - L'arbre qui s'était transformé pour qu'on lui rende visite - a trouvé sa place dans la chambre, sur ma commode et chaque soir je le contemple avec un immense plaisir. Ce n'était pas mon premier choix (vendu très rapidement), mais in fine je suis heureuse que ce soit celui-là. Je me reconnais dans cet arbre et son invitation.

C'est assez mystérieux le choix d'une oeuvre. Pourquoi celle-ci plutôt qu'un autre ? Quel écho intime suscite-t-elle au moment précis où il faut faire un choix. Qui n'était pas si facile, je le précise. Allez regarder les illustrations de cet artiste, vous comprendrez.

 

Donc après être repassée plusieurs fois à la Galerie, j'ai choisi celui-ci, intitulé L'Ombre. Il est pour l'instant sur mon bureau, à côté d'un daguerréotype familial qui date de 1860. Et lui aussi, plus je le regarde et plus il me parle. Et je sais que ces deux dessins vont accompagner de leurs bons augures cette nouvelle année qui commence.

 

Pour conclure, et même si nombre de visiteurs de La Gazette augmente au fil des mois, je n'ai pas la prétention de penser que mon billet sur l'exposition de Pascal Colrat aura incité quelques-un parmi vous à se porter acquéreur d'un ou plusieurs dessins. Mais si jamais c'est le cas, écrivez-moi. Que l'on puisse partager ce même plaisir. 

 

Tschüss et à plus !