David Bowie is

Ce n'était pas le post prévu mais voila, David Bowie est parti danser dans les étoiles et vérifier s'il y avait une vie sur Mars nous laissant un peu désemparés, tristes, avec des vagues et des vagues de souvenirs qui nous submergent. Alors depuis ce matin, je réécoute ses albums avec des larmes aux yeux, des frissons mais aussi des sourires et parfois une furieuse envie de chanter et de danser. 

 

Ces artistes avec lesquels on a grandit, qui nous ont fait rêver, qui nous ont inspiré, qui nous ont ouvert des horizons, on a du mal à imaginer qu'ils puissent disparaître. Mais disparaissent-ils vraiment ? Non en fait. Ils emportent une part de notre adolescence, de notre vie d'adulte (et il me semble que c'est ce qui nous rend si triste), mais l'oeuvre est là, bien vivante.

Avec sa disparition, je mesure la chance que j'ai eu de visiter l'année dernière l'exposition David Bowie is à la Philarmonie de Paris. C'était un magnifique voyage visuel et sensoriel à travers son univers si riche et protéiforme. Muni d'un casque, sa voix dans les oreilles, nous déambulions à travers les salles, seul et pourtant ensemble, découvrant pour ma part tout une partie de son travail et des périodes de sa vie artistique que je connaissais moins. Sa fidélité envers ses collaborateurs, sa créativité, sa générosité aussi. Saisir l'air du temps n'est pas donné à tout le monde, le transcender non plus. Lui a su. D'où cette influence immense, cette reconnaissance immédiate, cet écho qu'il a su trouver en nous. 

 

Je n'ai pas encore écouter en entier son dernier album, ça va venir. Je vous laisse avec cette video et cette chanson, Lazarus, qui en fait partie. Artiste jusqu'au bout. David Robert Jones est mort, David Bowie is...