Tour de France Happy Cultors : une initiative à suivre

Je sors un peu des Hautes Alpes pour vous parler du tour de France Happy Cultors de Margaux Bounine-Cabalé. C'est encore une fois via Instagram que j'ai découvert son blog et son projet de tour de France de l'agriculture naturelle. Et l'idée m'a tout de suite plu. De manière concomitante, est paru sur le site de Slate cet article très intéressant sur les nouveaux écolos issus de la génération Y (18-30 ans), qui esquissent le visage moderne de la cause écologique, avec énergie, pragmatisme et optimisme. Nés avec les nouvelles technologies et la communication via internet, ils les utilisent de manière intelligente et avec humour pour partager, cogiter, créer des réseaux, agir et le faire savoir.

 

Le tour de France de Margaux en est une parfaite illustration et c'est évidemment via internet et les réseaux sociaux que je vous invite à la suivre, à travers son blog, sa page Facebook, son compte Instagram, ou Twitter. Ok me direz vous, mais qu'en est-il de ce Happy Cultors Tour ?

Partie le 12 mai à bord de sa voiture, qui intègre sur son toit un potager, Margaux a pour objectif d'aller à la rencontre et de nous faire ainsi découvrir ces agriculteurs qui cultivent dans le respect de la nature et de la biodiversité, mais aussi des éleveurs, des apiculteurs, des producteurs de plantes médicinales (Elle vient d'arriver dans les Cévennes chez Marie de Mazet, productrice de plantes médicinales bio depuis 25 ans.)... 

 

Et c'est aussi pour elle l'opportunité d'enrichir sa formation agricole, hors école et concrètement, auprès de pionniers d'une agriculture respectueuse de l'environnement. Son projet professionnel étant de créer une micro-ferme urbaine qui s'inscrive dans la dynamique du projet "Paris-culteurs" de révégétalisation de la ville de Paris. 

 

Son engagement pour l'environnement a commencé en 2011 avec l'envie de comprendre d'où vient la problématique environnementale et de se rendre utile. Elle a laissé tomber ses études en droit international et européen et est partie mener le premier projet de l'association étudiante Voyager Solidairement. Après six mois d'éco-volontariat en Amérique du Sud, elle a suivi un Master BIOTERRE  à la Sorbonne (BIOdiversité, TERRitoires, Environnement). Son engagement n'a fait que se renforcer et son projet a mûri au fil de ses rencontres. Se former à l'agriculture dans une optique de développement durable, communiquer par tous les moyens possibles sur ceux qui la pratique déjà, fédérer d'autres projets.

 

Margaux est un de ces visages de cette nouvelle vague écologique et de ces acteurs qui agissent pour un changement de société et de mode de consommation et c'est pourquoi je l'ai contactée. Parce que j'avais envie de relayer son aventure et de vous embarquer virtuellement dans ce tour des Happy Cultors

 

Je ne vois rien de mieux pour conclure que cette réflexion de Jacques Maire, directeur des Editions Jouvence qui publie les ouvrages de Génération Cobayes. "Quand on se demande quelle terre on laissera à nos enfants, le bilan est assez sombre. Mais si on retourne la question et que l'on se demande, quels enfants laisserons-nous à notre terre ? Alors là, la réponse est plutôt optimiste !" Et c'est exactement ce que je ressens face à des initiatives comme celles de Margaux. Il y en a d'autres et je vous en ferai part.

 

Tschüss et à bientôt.

 

 

Suivez La Gazette sur Facebook, Instagram, Twitter, Pinterest