Chronique en vrac #3 : Comment gérer son emploi du temps...

Je vous préviens d'entrée de jeu, ne vous attendez pas, en cette fin de journée dominicale, à une réponse ou méthode pour gérer le temps - de travail, de loisir, de glandouille... - puisque je m'interroge moi-même sur la manière dont je vais gérer le mien dans les mois qui viennent. 

 

Pourquoi cela (j'entends vos interrogations) ? Et bien parce que j'ai commencé en ce début d'année une mission au Musée Museum Départemental des Hautes Alpes, pour une période de 5 mois. Notez bien que j'en suis ravie mais cela bouleverse quelque peu mon mode de fonctionnement de freelance. Un mode où je m'octroyais du temps pour cuisiner / pour tricoter / pour bouquiner, quand j'en avais assez d'être rivée à mon ordinateur. Et évidemment, c'est quand on a moins de temps que l'on mesure celui que l'on avait précédemment et qu'on aurait pu optimiser un peu plus. Me plaindre serait de mauvais goût et je mesure parfaitement la chance que j'ai. Il faut juste que j'arrive à m'organiser pour continuer à publier ici régulièrement, à maintenir ces activités qui me sont nécessaires et à préparer mon intervention à un colloque universitaire, en mai, sur Valentine de Saint Point.

Soyons clair, c'est cela qui m'inquiète le plus car j'ai beau avoir accepté et envoyé fin septembre un résumé de mon intervention, je n'ai pas fait grand chose pour l'instant. Et que le coup de travailler à l'arrache à la dernière minute ne me semble pas une excellente solution. Mais il m'était difficile de refuser une offre pareille, moi qui ne suis pas universitaire mais qui suis la seule à avoir fait des recherches sur Valentine de Saint-Point dans les archives du Quai d'Orsay. 

 

Que Valentine revienne dans ma vie par ce biais a été une surprise, elle qui a occupé de longues heures, des jours et des mois de recherches, à une époque où là encore, j'avais du temps. Or cette femme de lettres de la Belle Epoque, libre et intransigeante, oubliée aussi bien en France qu'au Caire où elle s'installa en 1924, mérite amplement qu'on la redécouvre. Il va donc falloir que je lui accorde le temps nécessaire, pour que le corpus que j'ai patiemment rassemblé soit remis dans son contexte historique, et pour qu'il puisse, qui sait, servir à d'autres chercheurs par la suite. Il concerne le début de sa vie en Egypte, son action journalistique et politique et ses démêlés avec la diplomatie française. 

 

Je vais m'arrêter là pour ce soir et vous dis à bientôt. Tschüss et bonne semaine !