Les Chroniques du potager : saison 2017 #2 (mai-juin)

En ce dimanche après-midi, il faudrait que je travaille sur mon texte pour les actes du colloque sur Valentine de Saint-Point... sauf qu'il est compliqué, lorsque l'on accuse autant de fatigue, de rédiger un article en mode universitaire. D'autant plus quand on ne l'est pas, universitaire, et que l'exercice de la publication scientifique vous est inconnu.

Bref, pour se remettre en selle, une petite chronique du potager me semble tout indiquée. Prétexte aussi pour publier les photos que j'emmagasine depuis deux mois et demi, parce que concernant l'évolution du potager depuis avril, je suis plus qu'à la bourre. La preuve, cette belle récolte de petits pois a été mangée depuis belle lurette. Mais bon, c'est elle que j'ai choisi pour cette nouvelle chronique car cette année encore, les pois nains Merveille de Kelvedon n'ont pas failli à leur réputation. 

Heureusement que je tiens un petit cahier où j'essaie de noter le plus fidèlement possible les achats de plants et semis et leur plantation, ainsi que la météo qui a été plus que versatile en cette fin de printemps et début d'été. Aux premières chaleurs printanières ont succédé une période de froid, puis de nouvelles journées très chaudes avec orages. Les gelés de printemps auront eu raison des fruits, pas de cerises, de fraises ni de prunes pour cet été. 

 

J'ai donc (trop) attendu avant de semer les pois Mangetout, qui ont eu bien du mal à pousser avec la chaleur revenue. La récolte a été maigre mais la qualité est là, je réitèrerai donc la saison prochaine. Pour le reste, les premières salades n'ont pas fait un pli et tomates, courgettes, aubergines, haricots et bettes poussent tranquillement. J'ai paillé les plants pour qu'ils conservent un peu d'humidité, me permettant ainsi de ne monter arroser que tous les deux ou trois jours. Et cette saison, je tente les choux raves, brocolis et choux verts. Les semis de poivrons, piments et aubergines se développent gentiment en terre (on verra s'ils arrivent à donner des fruits), par contre échec total concernant les panais. Si on en a quatre en fin de saison, ce sera le grand max.

Mais finalement, c'est ce qu'il y a d'intéressant dans un potager. D'une saison à l'autre, rien n'est vraiment acquis. Je vous laisse avec cette série de photos et vous souhaite une bonne semaine. Plus que deux semaines avant les vacances, dire que j'y aspire est un faible mot. Tschüss et à plus !