Chronique en vrac #9 : Le blues de janvier

J'admets que ce n'est guère sympa pour ce pauvre premier mois de l'année mais le fait est avéré du coup de blues de janvier. Je pourrais personnellement l'imputer au marathon gastronomique et alcoolisé des fêtes de fin d'année et au millier de kilomètres parcourus pour voir, manger et trinquer avec ma famille et qui s'est conclu par une grosse fatigue et une gastro entérite. Ça n'aide pas, je le reconnais. 

 

Hier, clouée au lit en attendant que ça passe, à vaguement somnoler et à regarder passer les nuages, je ne pouvais empêcher les pensées mélancoliques de passer elles aussi. Aussi grises que le ciel, il faut bien le dire. Il y a l'âge bien sûr. Les 50 ans, le demi-siècle, ces personnalités qui en disparaissant font ressurgir un peu de ta jeunesse envolée, les points infos familiaux sur les maladies et les décès... Il y a cette nouvelle année, comme une page blanche, sur laquelle je n'arrive pas encore à tracer les lignes et les traits de ce que j'aimerais entreprendre. Et le manque d'énergie. 

 

Il va donc falloir que j'en retrouve, sans culpabiliser du repos nécessaire, pour pouvoir avancer. Et si vous avez des trucs, des recettes ou des mantras pour y arriver, je suis preneuse ! Tschüss.