Suivons la belle itinérance musicale du Festival de Chaillol

Cette semaine débute la 22ème édition du Festival de Chaillol qui nous invite comme chaque année à une itinérance musicale et un voyage fait de découvertes ou de retrouvailles avec des musiciens désormais familiers du public haut-alpin. C'est aussi un moment particulier pour l'Espace Culturel de Chaillol et son équipe, une intensification et un foisonnement de propositions artistiques au coeur de l'été, propice à la curiosité et au partage dans la fraîcheur d'églises de villages, de l'abbaye de Boscodon ou de la cathédrale d'Embrun.

 

Les aficionados connaissent la qualité et l'excellence revendiquées de la programmation qui témoigne de la part de Michaël Dian, directeur artistique de l'ECC, d'une immense curiosité pour tout ce que les compositeurs et artistes d'aujourd'hui créent et inventent. Ce qui l'intéresse et ce qui le meut ce sont la qualité de leur parti pris et de leur démarche artistique. Le geste musical dont la portée est déterminée par leur rapport avec les mémoires individuelles, collectives, historiques ou musicales et la qualité de l’adresse, de l’intention de ces artistes envers le public. 

J'aime la musique sans être une grande mélomane (mais je suis curieuse) et il n'y a pas un concert où je n'ai pas ressenti cette générosité des artistes et des musiciens sans compter la découverte de répertoires qui m'étaient inconnus. Et à la lecture du programme de cette édition, de très belles choses vont résonner encore dans les vallées, les villes et les villages haut-alpins. 

Crédit photos ci-dessus : Vintage Orchestra ©Pascale Brites / Balade musicale ©Alexandre Chevillard / Chesapeake Youth Orchestra ©Alexandre Chevillard / Compagnie Rassegna ©Natacha Manarin

 

Ouverture mardi soir, dans l'église du hameau Saint-Michel à Chaillol, avec le swing des seize musiciens du Vintage Orchestra réunis autour de la figure titulaire de Thad Jones, compositeur et arrangeur américain (1923-1986) pour des sessions libres et endiablées. Parmi les artistes à découvrir pour la première fois au festival, citons le pianiste et compositeur Franck Krawczyk qui propose deux projets différents qui tissent des liens délicats avec le temps de l’enfance, dont La Mélodie des Choses qui libère en musique la mémoire d’une sélection d’objets du Musée muséum départemental, la harpiste Valeria Kafelnikov avec le Quatuor Béla ou l'Ensemble Irini,  un jeune ensemble vocal de trois jeunes femmes qui viennent d’enregistrer leur premier disque dédié au chant et culte marial et qui interprèteront aussi une création de Zad Moultaka. Leur chant dans l'Abbaye de Boscodon sera très certainement un grand moment musical. 

 

Dans le cadre de la saison croisée France - Israël 2018, le festival de Chaillol reçoit Kedem Ensemble, quatre musiciens venus d'Israël, d'Iran, d'Italie et de Suisse qui vont nous entrainer dans une voluptueuse plongée dans la tradition musicale de l'Espagne de la Convivencia et nous faire voyager entre jazz et musique du monde (un des coups coeur de la programmation). Et le Tel Aviv Wind Quintet avec une double proposition : une soirée autour du compositeur Stephen Horenstein (fondateur et directeur de l’Institut de musique contemporaine de Jerusalem) qui est cette année compositeur associé du festival. Celui-ci lui a passé commande d’une soirée entière avec la présentation d'une oeuvre nouvelle pour le quintet à vent et des arrangements d’oeuvres traditionnelles. 

 

Citons aussi le retour de Riccardo del Fra avec Espoir, projet fédérateur, porteur de concorde entre les peuples, le Chesapeake Youth Symphony Orchestra, orchestre de jeunes musiciens canadiens, américains et français accompagnés du mandoliniste Vincent Beer-Demander qui offriront en première mondiale le Concierto del Sud de Lalo Schifrin, le travail irrévérencieux de Bernard Cavana à partir de Lieder de Schubert arrangés et distribués à un violon, un violoncelle et un accordéon. Ou encore un regard croisé France-Argentine (piano, violoncelle et une soprano) avec des pièces du compositeur argentin Alberto Ginastera, de Gabriel Sivak, son fils spirituel et artistique, et de Claude Debussy. Trois Claviers, soit trois approches du rapport au clavier dans trois répertoires et univers sonores différents : clavecin avec Céline Frisch, piano avec Amandine Habib et orgue avec Grégoire Rolland.

Crédit photos co-dessus : Franck Krawczyk, La mélodie des choses ©Plein jour / France - Argentine, regards croisés / Kedem ©Flavia Trachsel / Riccardo del Fra, Espoir ©Petra Kremer / Tel Aviv Wind Quintet ©Monika Rittershaus / Ensemble Irini ©Jonas Kacquel / Cavanna - Schubert ©Patrick Faigenbaum

 

Le Festival de Chaillol ce sont aussi des balades musicales conçues par Hervé Cortot, président de l’ECC. Un moment convivial et fort attendu en prise direct avec le territoire, la sieste musicale reconduite depuis quelques années à la demande du public qui sera bercé cette année par la voix de la chanteuse Mandy Lerouge, des rencontres littéraires et celles animées par Michaël Dian avec des artistes. Le vendredi 10 août est une journée qui s’adresse aux enfants et à leurs parents avec deux contes musicaux « Je rêve » imaginé par la pianiste de jazz Perrine Mansuy avec le conteur Lamine Diagne et « Le petit garçon qui avait envie d’espace » composé par Benoît Menut sur un texte de Jean Giono. Enfin les plus curieux pourront se poser dans la cabane conçue par le compositeur Loïc Guénin et le Phare à Luciole et y écrire des bribes de pensées inspirées par le lieu et l’instant présent. La collecte de ses écrits sera la matière première d’une future pièce du compositeur, commande du festival pour son édition 2019.

 

Ce festival placé sous le signe de L'hospitalité, titre du dessin de Pascal Colrat et affiche de cette édition, se clôturera avec la Compagnie marseillaise Rassegna (I sole non si muovequi explore et fusionne les musiques populaires du bassin méditerranéen. Itinérance, nomadisme et voyage musical qui abolit les frontières et tisse des liens. La musique étant un langage du coeur au rythme duquel le festival de Chaillol nous invite à battre à l'unisson. Bon festival !

 

Billeterie et les informations pratiques