Chronique en vrac #7 : Le temps des vacances

Depuis que je suis toute petite, je passe une partie de mes vacances là. Dans ce Cantal verdoyant et cette propriété familiale, où ma mère s'est installée depuis quelques années. Cette maison au loin c'est la sienne, une grange, La Grange, dans laquelle vivaient encore lorsque j'étais enfant un couple de vieux fermiers. Il y a trois autres maisons sur ce site un peu magique car plein de souvenirs liés au temps des vacances.

Cet héritage là a été réglé du vivant de mes grands-parents. Il n'en est pas de même de la succession qui a envenimé les relations. Il n'y a plus la même insouciance, à certains je ne parle plus ou peu, trop de haine, de méchanceté, de bêtises, de mépris et de misogynie conjugués. 

Mais La Grange reste La Grange, j'y retourne avec bonheur, partager avec ma mère, mes soeurs, mes neveux, nièces et beaux-frères, le plaisir d'être ensemble le temps de quelques jours de vacances. Et ça ressemble à ça.

Lire la suite

Chronique en vrac #6 : Valentine de Saint-Point

Je l'avais mentionné dans cette chronique là, avec l'affiche du colloque reçue dernièrement et le programme des festivités, la préparation de mon intervention est devenue une réalité et une nécessité. 

 

J'ai donc profité de ma longue semaine de congé pour me replonger dans mes notes, mes bouquins sur l'histoire du Moyen Orient, sur le mythe de l'Orient, sur le contexte géopolitique à l'arrivée de Valentine de Saint-Point au Caire fin 1924. Ça tourbillonne dans ma tête, ça se précise tout en étant encore un peu flou dans un mélange d'excitation, de stress et de plaisir surtout, qu'un colloque universitaire mette en lumière différentes facettes de la vie artistique, littéraire et politique de cette femme. 

 

Je ne saurais dire à quelle date précisément elle est apparue dans ma vie. Mais c'est à la lecture de l'essai de Malek Chebel, Du Désir, que j'ai découvert son existence. Elle y était citée pour avoir écrit Le Manifeste Futuriste de la luxure en janvier 1913. Ce fut le début d'une longue recherche pour en savoir plus. 

Lire la suite

Chronique en vrac #5 : Tiens voilà le printemps !

J'aurais pu choisir une photo de notre Forsythia en fleur, flamboiement de jaune, pour célébrer le printemps. Mais de fait il est ici et les jolies primevères sont quand même les premières à annoncer son arrivée. 

 

Rien de bien neuf du côté de la gestion de mon temps de travail, salarié et perso (mon dernier billet datant du 28 février...), alors je profite d'une petite convalescence post-opératoire pour poser ici le plaisir de retrouver cette saison synonyme de renouveau, de lumière, de douceur et de retour au potager. 

 

J'ai ressorti le cahier mais pas encore tracé le nouveau plan, j'ai des envies de nouvelles plantations et j'ai hâte d'y retourner. 

 

Lire la suite

Chronique en vrac #4 : de l'hiver au printemps

Ça faisait un bail que je n'étais pas allée chez mes beaux-parents et que je n'avais pas mis les pieds dans le potager familial. Qui se repose et j'en ferais bien autant. Il y a, épars, quelques repousses de cébettes, mangeables ou non, nous verrons bien. La douceur de l'air, le retour des oiseaux, les premiers bourgeons, y'a pas de doute, le printemps s'annonce. Assise sur le banc au soleil, à regarder cette terre vierge, je me suis dit qu'il était temps que je commande des graines pour faire quelques semis. Bientôt, je ressortirai le cahier du potager pour tracer un nouveau plan et cette perspective m'enchante. Le retour à la terre sera une fois encore ma soupape de décompression, les moments où j'oublie tout et où mon cerveau se met en veille. 

 

Et si vous vous demandez si j'ai réussi à régler ce problème de gestion du temps. Et bien le fait de me choper un rhume carabiné accompagné d'une petite bronchite m'a permis de relativiser un peu. 

Lire la suite

Chronique en vrac #3 : Comment gérer son emploi du temps...

Je vous préviens d'entrée de jeu, ne vous attendez pas, en cette fin de journée dominicale, à une réponse ou méthode pour gérer le temps - de travail, de loisir, de glandouille... - puisque je m'interroge moi-même sur la manière dont je vais gérer le mien dans les mois qui viennent. 

 

Pourquoi cela (j'entends vos interrogations) ? Et bien parce que j'ai commencé en ce début d'année une mission au Musée Museum Départemental des Hautes Alpes, pour une période de 5 mois. Notez bien que j'en suis ravie mais cela bouleverse quelque peu mon mode de fonctionnement de freelance. Un mode où je m'octroyais du temps pour cuisiner / pour tricoter / pour bouquiner, quand j'en avais assez d'être rivée à mon ordinateur. Et évidemment, c'est quand on a moins de temps que l'on mesure celui que l'on avait précédemment et qu'on aurait pu optimiser un peu plus. Me plaindre serait de mauvais goût et je mesure parfaitement la chance que j'ai. Il faut juste que j'arrive à m'organiser pour continuer à publier ici régulièrement, à maintenir ces activités qui me sont nécessaires et à préparer mon intervention à un colloque universitaire, en mai, sur Valentine de Saint Point.

Lire la suite

Chronique en vrac #2 : c'est l'hiver, c'est Noël...

Ce billet n'est pas sponsorisé par la Poste (même si j'aurais bien aimé). Mais quand vous avez de la famille éparpillée un peu partout en France et que cette année vous avez décidé d'envoyer des colis, avec cadeaux et paniers garnis de produits faits maison, la Poste est votre meilleure alliée (enfin j'espère).

 

Hier c'était le solstice d'hiver. J'ai terminé avec ces derniers colis, le planning "expédition". Reste celui de la pâtisserie. Et entre les deux, écrire quelques articles. Vous parlez d'une jeune artiste lumineuse, du programme de janvier de La Passerelle, d'une créatrice qui tient boutique à Gap jusqu'au 31 déc...

 

Au fait, savez-vous pourquoi cette chronique est dite "en vrac" ?

 

Lire la suite

Chronique en vrac #1 : c'est beau l'automne mais...

Oyez lecteurs, lectrices, je ne sais pas comment vous vous sentez en cet mi-novembre mais moi je suis FATIGUÉE ! Voilà, c'est dit. Pas forcement super vendeur mais cela explique en partie mon manque d'assiduité à écrire et publier. 

 

Il parait que c'est normal, cette baisse d'énergie. L'hiver approche, on le sait, on le sent, malgré le flamboiement des couleurs automnales. Et quand le corps s'y met, en mode mini-infections, la tentation du repli est grande (et la culpabilité de remettre à plus tard aussi). 

 

Bref, je suis fatiguée et il est plus que probable que les informations diffusées via les newsletters que je reçois et les fils d'actualités sur les réseaux sociaux y contribuent aussi. Comme la concomitance de l'élection de Donald Trump et de la disparition de Léonard Cohen.

Lire la suite